You are on page 1of 28

n°155

les réseaux de
distribution
publique MT
dans le monde
Christian Puret

Ingénieur diplômé de l’E.N.S.E.R.G.


(Institut National Polytechnique de
Grenoble) et de l’I.A.E. de Paris, il
entre dans la société Merlin Gerin
en 1977.
Ses premiers emplois le spécialisent
dans le domaine des automates
industriels.
Puis il est responsable de la
formation des clients du Groupe
Merlin Gerin.
En 1986, il rejoint la Division
Moyenne Tension dans laquelle il
occupe maintenant un poste de
délégué au marketing stratégique.
Il a en charge la prise en compte des
évolutions de la protection et du
contrôle-commande dans les
matériels Moyenne Tension, et plus
particulièrement ceux destinés aux
réseaux de distribution publique.

CT 155 édition septembre1991


lexique

Configuration : opération qui consiste, Fusible de type cut-out : fusible MT à Sectionaliser : interrupteur MT équipé
en protection et contrôle-commande à percuteur, qui remplit les fonctions de d’un automatisme de comptage, il est
dédier, par construction ou par protection et de sectionnement. Le installé en aval d’un départ MT aérien
chargement d’un logiciel, un matériel sectionnement est obtenu lors de la protégé par un recloser. Son
standard à une application particulière. fusion par l’expulsion du percuteur qui automatisme compte les passages d’un
Cette dernière opération, provoque le basculement automatique courant de défaut (qui correspond au
le chargement d’un logiciel, se fait à de la cartouche fusible. nombre de réenclenchements du
partir d’un outil : le configurateur, Indicateur de localisation de défaut : recloser), et pour un nombre préfixé il
généralement un micro ordinateur PC. dispositif installé sur les réseaux MT commande l’ouverture de l’interrupteur.
Il permet par exemple de : qui signale, localement ou à distance, Une sélectivité peut donc être réalisée
■ définir les fonctions que réalisera le le passage des courants de défaut. en installant plusieurs sectionalisers en
matériel, Pour améliorer la qualité de service, série sur un départ MT, le dernier
■ établir les connexions avec son l’exploitant s’efforce de limiter sectionaliser (le plus éloigné du
environnement, l’interruption d’alimentation à la seule recloser) s’ouvrant au deuxième
■ créer les images synoptiques partie défectueuse du réseau. Pour passage du courant de défaut, le
et libeller les alarmes pour l’exploitation. cela il a besoin de connaître la portion sectionaliser précédent s’ouvrant au
du réseau affectée par le défaut. A troisième passage et ainsi de suite.
Débrochable (partie d’un ensemble), Cet appareil est utilisé dans les
(CEI 50 - chapitre 441, NF C 01-441) : cette fin, l’exploitant installe des
indicateurs de localisation de défaut. réseaux de type Nord-Américain.
partie amovible d’un ensemble qui, tout
en demeurant mécaniquement reliée à Une analyse de ces informations
l’ensemble, peut être déplacée jusqu’à permet de cerner la partie défectueuse,
la ou l’une des positions établissant puis de reconfigurer le réseau
une distance de sectionnement ou un (application typique de la téléconduite).
cloisonnement métallique entre La prédictique : une nouvelle science
contacts ouverts. Cette distance de ayant pour objectif la prévision des
sectionnement ou ce cloisonnement événements, elle est fondée sur le
métallique concerne toujours le circuit raisonnement et l’induction scientifique.
principal. Elle peut concerner ou non
les circuits auxiliaires ou de Recloser : disjoncteur MT équipé d’un
commande. automatisme de réenclenchements
multiples, il est installé sur un départ
Fixe (appareil fixe), MT aérien et coordonné avec les
(dictionnaire CEI de l’électricité) : protections (fusibles) placées sur ce
appareil conçu pour être monté sur un départ (en amont et en aval).
support et destiné à être relié à un ou Il est utilisé dans les réseaux de type
des circuits extérieurs au moyen de Nord-Américain.
conducteurs électriques installés à
demeure.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.2


les réseaux de distribution publique MT Dans un pays, le Transport et la
Distribution Publique assurent le transit
dans le monde de l’énergie électrique entre les points
de production et les points de
consommation.
Les points de production sont les
centrales qui génèrent l’énergie
électrique à partir de différentes
énergies primaires (nucléaire,
hydraulique, charbon,…).
sommaire Les points de consommation,
en MT - Moyenne Tension -, sont des
postes ou des ouvrages, à partir
1. Les différents réseaux électriques Le réseau de transport et p. 4 desquels l’énergie est livrée aux clients
d’interconnexion (abonnés), ceci par l’intermédiaire de la
Le réseau de répartition p. 5 «distribution MT». C’est cette dernière
Le réseau de distribution MT p. 5 qui fait l’objet du présent Cahier
Le réseau de distribution BT p. 6 Technique.
La nature du courant électrique p. 6 Dans ce Cahier Technique, après une
La planification des réseaux p. 6 description des différents types de
réseaux et du métier de distributeur, le
2. Le distributeur Sa raison d’être p. 7
lecteur non familiarisé avec la MT
Son métier p. 7 trouvera une présentation :
Son évolution p. 8 ■ des topologies des réseaux MT,
3. Les topologies de réseaux Les critères de choix d’une p. 10 ■ des postes,
topologie ■ des dispositifs de protection et
Les éléments dépendants de p. 10 contrôle-commande.
la topologie choisie Note : Dans ce Cahier Technique, le
Les différents schémas de p. 10 terme MT désigne toute tension
réseaux MT comprise entre quelques kV et 40 kV.
Les schémas des liaisons à p. 12
la terre du neutre
Le plan de protection p. 13
Le plan de contrôle-commande p. 14
4. La distribution publique MT Les postes sur les réseaux MT p. 15
Autres ouvrages MT p. 16
L’appareillage MT p. 16
Un schéma français et un p. 18
schéma nord-américain
5. Protection et contrôle-commande Les technologies des unités de p. 20
des réseaux MT protection MT
La compatibilité électromagnétique p. 21
Les applications du p. 21
contrôle-commande en MT
Les architectures de p. 23
contrôle-commande en MT
Les réseaux de communication p. 24
6. Conclusion p. 25
Annexe 1 : quelques normes pour des produits MT p. 26
Annexe 2 : les différentes techniques de sélectivité p. 26
Annexe 3 : architecture EDF et matériels Merlin Gerin p. 27
Annexe 4 : bibliographie p. 28

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.3


1. les différents réseaux électriques

Il ne suffit pas de produire le courant des recommandations pour les niveaux le réseau de transport et
électrique dans les centrales, il faut de tension des réseaux 50 et 60 Hz.
aussi l’amener jusqu’à l’utilisateur final.
d’interconnexion
Cependant, afin de mieux comprendre
La dispersion géographique entre les
Ainsi pour atteindre l’adéquation entre les intérêts de ce découpage, les
lieux de production et les centres de
la production et la consommation, qui paragraphes suivants présentent
consommation, l’irrégularité de cette
se traduit in fine par la performance chaque réseau avec :
consommation et l’impossibilité de
économique, la structure électrique ■ sa finalité,
stocker l’énergie électrique nécessitent
d’un pays est généralement ■ son niveau de tension,
un réseau électrique capable de la
décomposée en plusieurs niveaux ■ sa structure.
transporter sur de grandes distances et
correspondant à différents réseaux
de la diriger.
électriques (cf. fig. 1).
Ses lignes atteignent des milliers de
Il est à noter qu’il n’existe aucune
kilomètres, par exemple 20 000 km
structure unique à travers le monde, et
pour le réseau 400 kV français.
que le découpage en plusieurs réseaux
avec les niveaux de tension associés La finalité de ce réseau est triple :
peut être différent selon les pays. Mais ■ une fonction de “transport” dont le but
en général, le nombre de niveaux de est d’acheminer l’électricité des
tensions est limité à trois ; d’ailleurs en centrales de production aux grandes
1983 la publication CEI 38 a formulé zones de consommation ;

fig. 1 : le schéma illustré d’un réseau électrique montrant que l’électricité est produite, transportée et distribuée à des niveaux de tensions
différents.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.4


■ une fonction “d’interconnexion le réseau de répartition le réseau de
nationale” qui gère la répartition de
l’offre en orientant la production en
La finalité de ce réseau est avant tout distribution MT
d’acheminer l’électricité du réseau de Ce niveau dans la structure électrique
fonction de la répartition géographique transport vers les grands centres de
et temporelle de la demande ; d’un pays sera plus détaillé dans les
consommation. chapitres suivants. Aussi seuls
■ une fonction “d’interconnexion
internationale” pour gérer des flux Ces centres de consommation sont : quelques éléments simples
■ soit du domaine public avec l’accès d’identification sont indiqués ici.
d’énergie entre les pays en fonction
d’échanges programmés ou à titre de au réseau de distribution MT,
La finalité de ce réseau est
■ soit du domaine privé avec l’accès
secours. d’acheminer l’électricité du réseau de
aux abonnés à grande consommation
En général, seuls quelques abonnés à répartition aux points de moyenne
(supérieure à ≈ 10 MVA) livrés
très forte consommation sont raccordés directement en HT. Dans un pays le consommation (supérieure à 250 KVA
sur ces réseaux. nombre de ces abonnés est très faible en France).
La structure de ces réseaux est (ex: 600 en France). Il s’agit Ces points de consommation sont :
essentiellement de type aérien. essentiellement d’industriels tels la ■ soit du domaine public, avec accès aux

Les tensions sont généralement sidérurgie, la cimenterie, la chimie, le postes de distribution publique MT/BT,
comprises entre 225 et 400 kV, transport ferroviaire,... ■ soit du domaine privé, avec accès aux

quelques fois 800 kV (ex : 765 kV en La structure de ces réseaux est postes de livraison aux abonnés à
Afrique du sud). L’utilisation de ces généralement de type aérien (parfois moyenne consommation. Le nombre de
tensions élevées est liée à un objectif souterrain à proximité de sites urbains). ces abonnés (ex : 160 000 en France)
économique. En effet pour une Dans ce domaine, les politiques de ne représente qu’un faible pourcentage
puissance donnée, les pertes en ligne respect de l’environnement et de du nombre total des consommateurs
par effet Joule sont inversement protection des sites (zones protégées) livrés directement en BT. Ils sont
proportionnelles au carré de la tension : s’opposent souvent à la construction essentiellement du secteur tertiaire, tels
p = k /U2, avec des lignes. En conséquence, la les hôpitaux, les bâtiments
U = tension du réseau, pénétration du réseau de répartition administratifs, les petites industries, ...
k = une constante fonction de la ligne. jusque dans les zones à forte densité La structure est de type aérien ou
de population est de plus en plus souterrain.
De plus les puissances transportées difficile et coûteuse.
sont telles, que l’utilisation d’une Les tensions sur ces réseaux sont
Les tensions sur ces réseaux sont
tension basse entraînerait des sections comprises entre 25 kV et 275 kV. comprises entre quelques kilovolts et
de câble tout à fait inadmissibles. 40 kV (cf. fig. 2).
Les protections sont de même nature
L’usage des tensions élevées se trouve Les protections sont moins
que celles utilisées sur les réseaux de
donc imposé malgré les contraintes sophistiquées que dans le cas des
transport, les centres de conduite étant
d’isolement qui se traduisent par des réseaux précédents.
régionaux.
coûts de matériel plus importants, la
solution la plus facile étant l’utilisation
de lignes aériennes.
% 100
Dans tous les cas, le choix d’une 5 2 5 5
tension de transport est avant tout un 90
compromis technico-économique, 80
fonction des puissances à transporter
et des distances à parcourir. 70
60
L’aspect sûreté est fondamental sur 70 80
60
ces réseaux. En effet toute défaillance
50 95
à ce niveau entraîne d’importants 95
défauts d’alimentation pour l’ensemble 40
des points de consommation. Ainsi en
30
1965, 30 millions de personnes ont été
privées d’électricité pendant 12 heures 20
35 25 10
aux Etats-Unis.
10
Les protections de ces réseaux doivent 10
3
donc être très performantes. Quant à
Belgique France Grande Italie Japon
leur exploitation, elle est assurée au Bretagne
niveau national par un centre de
conduite ou dispatching à partir duquel < 12 kV 12 < U < 17 kV 17 < U < 24 kV > 24 kV
l’énergie électrique est surveillée et fig. 2 : répartition des réseaux MT nationaux selon leurs différents niveaux de tension, en
gérée en permanence. fonction des longueurs de lignes.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.5


En ce qui concerne l’exploitation de ces la nature du courant la planification des réseaux
réseaux, elle peut être assurée
manuellement ou de plus en plus, par
électrique La mise en place et l’évolution de la
Les transferts d’énergie sur ces structure d’un réseau d’alimentation
télécommande à partir de centres de
différents réseaux sont réalisés via le électrique d’un pays correspond aux
conduite fixes et/ou embarqués dans
courant électrique. opérations de planification.
des véhicules. Mais pour tenir compte
des besoins spécifiques à la conduite Les liaisons par courant continu ou Pour les réseaux de transport et de
des réseaux de distribution MT, ces HVDC (high voltage direct current) sont répartition, ces opérations sont
centres de conduite sont différents de utilisées pour les échanges entre pays généralement centralisées, car :
ceux utilisés sur les réseaux de uniquement au niveau des réseaux de ■ les décisions menant à une
transport et de répartition. La transport. Le choix de cette technique modification de la structure de tels
multiplicité et la dispersion permet d’optimiser l’utilisation des réseaux, par exemple l’introduction
géographique des points de câbles d’énergie, en particulier en d’un nouveau poste HT/MT, imposent
téléconduite, la gestion de plusieurs supprimant les effets de «peau». De la prise en compte de nombreux
centres de conduite simultanés, le telles liaisons intercontinentales voir paramètres, techniques et
nombre et la qualification des continentales existent, par exemple une économiques ;
exploitants nécessitent des solutions liaison (300 MW/200 kV) relie l’Italie à ■ le nombre de ces paramètres avec
adaptées : ergonomie et convivialité la Sardaigne via la Corse. leurs interactions éventuelles
des postes de travail, outils d’aide à la nécessitent l’assistance d’outils
Dans les autres cas, en particulier les informatiques, l’utilisation de base de
conduite, outils de configuration des réseaux MT de distribution publique,
centres de conduite, et gestion des données et de systèmes experts.
les liaisons sont réalisées par courant
différents supports de transmission alternatif. En effet, sur ces réseaux, Pour les réseaux de distribution MT et
utilisés. l’utilisation du courant continu ne serait BT, la planification est par contre
pas rentable : souvent décentralisée.
■ pertes réduites sur des réseaux
le réseau de distribution BT
courts (inférieurs à 100 km),
La finalité de ce réseau est ■ installations rendues plus coûteuses
d’acheminer l’électricité du réseau de (nécessité de nombreux convertisseurs
distribution MT aux points de faible continu / alternatif).
consommation (inférieure à 250 KVA
en France) dans le domaine public De plus, le courant alternatif est très
avec l’accès aux abonnés BT. Il bien adapté aux nombreux
représente le dernier niveau dans une changements de tension
structure électrique. (transformateurs) durant le
cheminement de l’énergie électrique.
Ce réseau permet d’alimenter un
nombre très élevé de consommateurs A quelques exceptions près (Arabie
(26 millions en France) correspondant Saoudite), et en dehors du continent
au domaine domestique. américain où est généralisée
l’utilisation du 60 hertzs, la fréquence
Sa structure, de type aérien ou du courant est 50 hertzs.
souterrain, est souvent influencée par
l’environnement. A noter le cas du Japon où la moitié du
pays est en 60 hertzs, et l’autre moitié
Les tensions sur ces réseaux sont en 50 hertzs.
comprises entre 100 et 440 V.
Ces réseaux sont le plus souvent
exploités manuellement.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.6


2. le distributeur

sa raison d’être : Le métier de distributeur MT n’est pas chargé de la production, du transport et


uniforme : il est souvent étendu à la de la distribution ; il gère environ 80%
fournir de l’électricité distribution BT -Basse Tension- et dans de l’électricité distribuée en Italie.
La raison d’être des distributeurs certains cas il est aussi responsable de ■ en France la situation est similaire
d’énergie électrique est de fournir de la production et du transport, par avec l’ E.D.F.
l’énergie électrique aux exemple :
consommateurs en tenant compte de
■ au Japon, neuf compagnies
plusieurs objectifs tels que : transformateurs
régionales privées assurent chacune
■ continuité et qualité de service, = 5% appareillage MT
pour sa zone les activités de
■ sécurité des biens et des personnes, = 5%
production, transport et distribution.
■ souplesse et confort d’exploitation,
■ compétitivité commerciale. ■ en Allemagne environ mille
entreprises opèrent dans le domaine de
la distribution d’électricité. A peu près
le métier 1/3 possèdent leurs propres
Si la fourniture d’électricité est installations de production.
satisfaisante dans les pays ■ en Grande-Bretagne la production est
industrialisés, le taux d’électrification à la charge de deux compagnies
demeure encore variable dans certains (NP - National Power- et PG -Power
pays. Gen-). Le transport est assuré par la
Des objectifs différents selon les société NGC -National Grid Cie- , et la lignes
niveaux d’électrification… distribution par environ douze Regional + poteaux
Pour les pays non électrifiés à 100 %, Electricities Cie. Cette organisation est + installation totale
l’objectif prioritaire reste l’amélioration issue de la loi de privatisation des = 90%
de ce taux d’électrification. Pour cela, la distributeurs anglais votée en 1990. fig. 3 : décomposition des coûts d’une ligne
majorité des investissements est ■ en Italie une loi a fondé l’ E.N.E.L. en aérienne MT.
consacrée à la construction de réseaux 1962. Il s’agit d’un service public
et d’ouvrages (cf. fig. 3).
Cependant les capacités de financement,
quelques fois réduites, peuvent amener
des solutions axées sur la simplification Consommation nette / pays Consommation nette / habitant
de la structure des réseaux au détriment TWh KWh
de la performance. De même, une
3000 30000
disponibilité et une compétence du
personnel quelque fois limitées peuvent 2355
conduire à une exploitation simplifiée.
11760
Des situations variables dans les 1000 10000
pays industrialisés 595
Dans les pays électrifiés à 100%, les 5320
4900
5200
utilisations de l’énergie électrique sont 3190
300 294 3000
très dissemblables : 2790
■ les consommations nationales d’énergie 1860 183
électrique sont très différenciées (cf. fig. 108
4). Ces différences sont dues à la taille 100 1000
du pays, à sa croissance économique
(PNB) et au poids du secteur industriel
(exemple 40% de la consommation
30 27 300
française). 19
■ les consommations par habitant
peuvent varier dans un rapport 10 entre
certains pays (cf. fig. 4). Ces écarts sont
dus principalement à la politique tarifaire Portugal Danemark Espagne Italie France Japon Etats-Unis
des distributeurs, mais aussi aux fig. 4 : consommations nettes par pays et par habitant.
conditions climatiques.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.7


Ainsi il apparait au travers de ces son évolution : au temps de fonctionnement d’un
quelques exemples, que le nombre réenclencheur.
d’intervenants, en particulier dans la
fournir une énergie de
Un défaut permanent implique une
distribution MT peut être très variable qualité coupure longue de quelques minutes à
selon les pays (cf. fig. 5). De plus en plus, le distributeur quelques heures ; il nécessite une
Dans le cas de la distribution MT, le d’énergie est conduit à fournir un produit intervention humaine.
distributeur a, en général, la électricité de qualité. Pour cela il doit :
Les réseaux aériens naturellement
responsabilité complète du réseau, ■ réduire les coupures d’alimentation
beaucoup plus exposés que les
depuis le poste HT/MT jusqu’au poste en nombre et en durée vis-à-vis de ses
réseaux souterrains nécessitent des
de transformation MT/BT. De plus le abonnés,
solutions spécifiques aux problèmes
métier de distributeur intègre ■ en minimiser les conséquences,
rencontrés tels que :
maintenant une offre commerciale avec ■ éviter les perturbations, telles que
■ branches d’arbre tombant sur une
la vente du «produit électricité», sous fluctuations de tension et de fréquence
ligne aérienne ;
forme de kWh. Il doit donc améliorer (cf. fig. 6).
■ oiseaux se posant sur la ligne ou ses
sans cesse la qualité de ce produit pour supports ;
répondre aux exigences de ses ■ défauts dûs à la foudre, au vent, au
différentes clientèles, et rester
paramètres valeurs tolérances gel, à la neige ;
compétitif vis-à-vis des autres sources nominales ■ vandalisme.
d’énergie. Cet objectif conduit les
Fréquence (50 Hz) ± 1Hz Par suite, la nature des défauts est
distributeurs à envisager plusieurs
Tension MT (12 à 24 kV) ± 7% différente sur les réseaux aériens et
niveaux de prix liés à différents niveaux
de qualité du kWh vendu. Tension BT (230 ou 400V) souterrains :
aérien ± 10% ■ sur les réseaux aériens, les défauts
Par ailleurs, le réseau de distribution souterrain ± 5% sont majoritairement fugitifs (80 à
électrique constitue lui-même un capital
fig. 6 : exemple des contraintes ”qualité” 90 %) et monophasés (75 %) car
important pour le distributeur. Il doit
d’un distributeur (EDF - France). souvent liés aux orages, à un fil tombé
rentabiliser au maximum cet
au sol, ou au contournement d’un
investissement, et c’est pourquoi les
isolateur par exemple.
besoins des distributeurs intègrent de
La nature des défauts dépend du ■ sur les réseaux souterrains, les
plus en plus, les notions de gestion
type de réseau défauts sont majoritairement
d’énergie.
Pour les abonnés, les conséquences permanents (100 %) et polyphasés
Enfin le distributeur a un rôle social et (90 %) car souvent consécutifs au
de ces phénomènes dépendent avant
politique important, rôle qui peut sectionnement d’un câble.
tout de la nature du défaut.
infléchir ses choix, ou du moins leurs
priorités, en voici deux exemples : Un défaut peut être : Un besoin d’informations
■ l’alimentation de nouveaux clients ■ selon sa durée, fugitif ou permanent ; L’importance de la compréhension des
peut nécessiter une extension du ■ selon la nature de l'incident, incidents en réseau justifie de plus en
réseau, monophasé ou triphasé. plus un besoin d’informations que les
■ le coût du kWh peut être limité pour Un défaut fugitif se traduit souvent par distributeurs satisfont par des études
intégrer une politique économique une coupure brève de l’ordre de statistiques.
gouvernementale. quelques 100 ms, essentiellement liée Ces travaux d’analyse ont pour but de :
■ classifier et codifier les incidents,
■ déterminer leurs origines et causes,
■ traiter statistiquement les fréquences
pays nombre de distributeurs le plus important d’occurence,
■ rechercher les corrélations,
total distribuant 80%
de la consommation ■ étudier comparativement la
nationale performance de différentes topologies,
■ analyser les résultats selon les
Allemagne 600 20 R . W . E.
matériels installés et les méthodes
Arabie Saoudite 5 5 S.C.E.C.O. d’exploitation utilisées.
Espagne 200 6 Hydro Electrica Ces statistiques sont un outil d’aide aux
France 200 1 E.D.F. distributeurs pour la conception,
Grande Bretagne 15 10 Regional Electricities Cie l’exploitation et la maintenance des
Italie 150 1 E.N.E.L. réseaux de distribution publique.
Japon 9 9 Tokyo Electric Power Co De plus afin de pouvoir décider des
meilleures solutions, la qualité de
service doit pouvoir être quantifiée et
fig. 5 : les distributeurs d’énergie électrique dans quelques pays. mesurée, et non plus approchée de
manière subjective. Pour cela de

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.8


nouveaux outils (à base de modèles De plus les distributeurs d’énergie sont Bien entendu, tous ces
mathématiques) sont créés, avec en contraints d’engager des actions de développements nécessitent une
particulier la notion «d'énergie non maintenance préventive, en particulier rapide adaptation des personnels, à
distribuée». E.D.F utilise notamment l’auscultation des ouvrages par l’exemple du changement de travail
pour la mesure du coût de la non enregistrement et analyse des incidents actuel dans les centres de conduite :
qualité en distribution aérienne MT la survenus sur les réseaux (utilisation ■ il existe encore des centres de
formule : d’oscilloperturbographes et conduite dans lesquels :
A*N*N*P + B*N*P*T, avec d’horodateurs). ■ les différents états des réseaux sont
N = nombre de coupures permanentes Pour cela, les évolutions des matériels affichés par déplacement manuel de
par départ, symboles sur de grands synoptiques de
de protection et de contrôle-commande
P = puissance moyenne par départ en plusieurs mètres carrés,
avec la technologie numérique
KW, ■ et les instructions relatives aux
(microprocesseur) et l’essor des
T = temps moyen d’interruption par manœuvres sont écrites à la main sur
réseaux de communication, offrent des
défaut, des journaux ;
perspectives de solutions innovantes
A et B = coefficients de valorisation ■ dans les nouveaux centres tous ces
dans la prédictique (cf. lexique).
économique travaux se font sur des consoles
(en 1990, pour EDF en France Enfin, la pratique des travaux sous informatiques, avec :
tension comme la conduite à distance ■ toutes les informations disponibles en
A = 6 FF / kW et B = 13.5 FF / kWh).
des réseaux (téléconduite) sont aussi temps réel sur des écrans (schémas
Mais la mesure de la qualité de service des éléments favorables à des réseaux, descriptif géographique),
peut nécessiter la prise en compte de l’amélioration de la qualité de service, ■ l’historique des événements
paramètres plus nombreux. La en réduisant le nombre de coupures et enregistré automatiquement
complexité des formules de calcul et leur durée. (consignations des états).
les simulations à effectuer, justifient
alors le développement d’outils logiciels
de plus en plus performants pour aider
à la décision. %
Pour mesurer la fiabilité de la fourniture nombre de
d’énergie au client résidentiel BT, les clients BT 1986 1995
distributeurs préfèrent utiliser le critère 60
de «degré d’indisponibilité» : il s’agit du
temps cumulé annuel durant lequel un
client moyen est privé d’électricité en 50
raison d’un défaut sur le réseau
électrique (HT, MT ou BT).
40
Enfin, il est important de noter que de
nombreux incidents chez un abonné BT
sont dûs au réseau MT (60 % selon une 30
étude de l’EDF) (cf. fig. 7).
Les réseaux, les matériels et les
20
hommes évoluent.
Cependant il ne faut pas oublier que la
performance d’un réseau dépend avant 10
tout de sa topologie. Or dans le monde,
les réseaux actuels résultent d’un
empilement historique de structures au 0
fur et à mesure de la croissance des 0 1 2 3 4 5 >5 heure
besoins. De plus un réseau vieillit et temps de coupure
nécessite en permanence des efforts
fig. 7 : degré d’indisponibilité de l’énergie électrique sur un réseau BT (EDF - France).
de maintenance comme de rénovation
pour conserver ses performances et
éviter des incidents, sources «d'énergie
non distribuée».
Pour répondre à ces besoins, les
constructeurs proposent donc des
matériels «sans entretien» ou à
maintenance réduite ; matériels pour
lesquels les opérations d’entretien, de
modification, d’adjonction, ne nuisent
pas à la continuité de service.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.9


3. les topologies des réseaux électriques MT

Par topologie d’un réseau électrique il éléments dépendants de la ■ le choix du niveau d’isolement des
faut comprendre l’ensemble des matériels obéit généralement à des
principes (schéma, protection, mode
topologie choisie normes internationales et/ou nationales,
d’exploitation) utilisés pour véhiculer Le choix d’une topologie fixe les ■ le choix d’une distribution en aérien ou
l’énergie électrique en distribution principaux éléments de conception d’une en souterrain influe beaucoup sur le
publique. distribution, à savoir : coût d’installation et la qualité de service
■ les puissances appelées et la valeur (ex: coûts d’une tranchée / sensibilité
Dans la pratique, pour un distributeur,
maximale des courants de défaut à la aux défauts fugitifs...). En MT, dans les
définir une topologie revient à fixer un
terre, ex. : en MT, l’ EDF limite la valeur pays industrialisés, ce choix peut être
certain nombre d’éléments physiques en
de ces courants à 300 A sous 20 kV en synthétisé en trois cas :
tenant compte de critères liés à des
aérien et à 1000 A en souterrain ; ■ milieu urbain à forte densité avec une
objectifs visés et/ou à des contraintes
■ la (ou les) tension de service, ex. : en distribution souterraine,
techniques. Ces éléments étant
MT le Japon distribue en 6,6 kV, la ■ milieu suburbain à forte densité avec
fortement corrélés entre eux, le choix
Grande-Bretagne en 11 et 33 kV et la une distribution souterraine ou aéro-
d’une topologie est toujours le résultat de
France majoritairement en 20 kV ; souterraine,
compromis technico-économiques.
■ la tenue aux surtensions et la
■ milieu rural à faible densité avec une
La traduction graphique d’une topologie coordination des isolements, ainsi que
sera ici un schéma de type unifilaire distribution aérienne.
les protections contre les surtensions Cependant il est à noter
simplifié. d’origine atmosphérique, qu’historiquement, pour des raisons de
■ le (ou les) schéma des liaisons à la
coûts d’installation, de nombreux milieux
terre, ainsi que le nombre de fils
les critères de choix d’une distribués,
urbains sont en distribution aérienne,
topologie c’est le cas au Japon et aux Etats-Unis.
■ la longueur maximale des départs
Le choix d’une topologie répond à des (quelques dizaines de kilomètres en
objectifs : MT), les différents schémas de
■ assurer la sécurité des personnes et ■ le type de distribution : aérien ou
des biens, souterrain (cf. fig. 8), réseaux MT
■ obtenir un niveau de qualité de service ■ le type d’exploitation : manuelle, Le choix des schémas est important pour
fixé, automatique, téléconduite. un pays : en particulier pour les réseaux
■ assurer le résultat économique Il est important de remarquer que : MT car ils sont très longs. Ainsi par
souhaité. ■ le choix du courant de court-circuit a exemple, l’ensemble de la structure MT
Mais il doit aussi se soumettre à des des répercussions sur la tenue des en France est d’environ 570 000 km, celle
impératifs : matériels utilisés sur le réseau, de l’Italie de 300 000 km et celle de la
■ le choix de la (ou des) valeur (s) de Belgique aux alentours de 55 000 km.
■ être en adéquation avec la densité
d’habitat et/ou de consommation, aussi tension est toujours le résultat d’un Plusieurs topologies existent :
appelée densité de charge qui joue un rôle compromis entre les coûts de réalisation ■ topologie boucle fermée, de type
de plus en plus prépondérant. et d’exploitation du réseau, maillé,
Exprimée en MVA/km2, cette densité permet
d’appréhender les différentes zones
géographiques de consommation en terme
0 25 50 75 100%
de concentration de charge. Une des
Allemagne
segmentations utilisées par certains
distributeurs consiste à définir deux types Canada
de zone de consommation :
Etats-Unis
■ zone à faible densité de charge :
< 1 MVA/km2, Danemark
■ zone à forte densité de charge :
Grande Bretagne
> 5 MVA/km2.
■ tenir compte de l’étendue géographique, Pays-Bas
du relief et des difficultés de construction,
■ satisfaire aux contraintes souterrain aérien
d’environnement, en particulier climatiques
(températures minimale et maximale, fig. 8 : répartition, pour quelques pays, des longueurs des réseaux MT en souterrain (câbles)
fréquence des orages, neige, vent, etc.) et et en aérien (lignes).
respect du milieu.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.10


■ topologie boucle ouverte, de type électrique possible. Il est de type Très souvent un schéma radial est lié à
maillé simplifié, arborescent (cf. fig. 9). une distribution de type aérien.
■ topologie boucle ouverte, Cette arborescence se déroule à partir Ses points forts et faibles sont résumés
■ topologie radiale. des points d’alimentation, qui sont dans le tableau de la figure 10.
D’autres topologies sont aussi constitués par les postes de distribution
appliquées, par exemple la double publique HT/MT ou MT/MT. Schéma boucle ouverte
dérivation sur les réseaux MT français. Ce schéma est particulièrement utilisé Il est aussi appelé coupure d’artère.
Bien qu’aucune ne soit «normalisée» pour la distribution de la MT en milieu Son principe de fonctionnement est à
en MT, les distributeurs s’appuient sur rural. En effet il permet facilement, et à deux voies d’alimentation. Ceci signifie
deux topologies de base : radiale et un moindre coût, d’accéder à des que tout point de consommation sur
boucle ouverte. points de consommation de faible cette structure peut être alimenté par
Chacune de ces deux topologies densité de charge (≈ 10 kVA) et deux chemins électriques possibles,
sera donc abordée plus en détail et largement répartis géographiquement sachant qu’en permanence seul un de
définie par : (≈ 100 km2). ces deux chemins est effectif, le
■ son principe de fonctionnement,
■ son schéma unifilaire-type,
■ son application-type,
technologie points forts points faibles
■ ses points forts et points faibles.
radiale ■ simplicité. ■ qualité de service.
Schéma radial ■ exploitation.
Ce schéma est aussi appelé en antenne. ■ coûts d'installation.
Son principe de fonctionnement est à une boucle ouverte ■ simplicité. ■ exploitation avec les manœuvres
seule voie d’alimentation. Ceci signifie ■ qualité de service plus nombreuses.
que tout point de consommation sur une ■ coûts d'installation.
telle structure ne peut être alimenté que fig. 10 : tableau comparatif des deux schémas de base de réseaux MT.
par un seul chemin

poste HT/MT
transformateurs HT/MT

schéma radial schéma en boucle ouverte


chemin d'alimentation de tous les postes sauf le n°1

transformateur
chemin MT/BT
d'alimentation
du poste n°1

transformateurs poste n°1


MT/BT transformateur transformateur
MT/BT MT/BT
point d'ouverture
de boucle

fig. 9 : les deux schémas de base d’un réseau de distribution MT, radial (ou en antenne) et en boucle ouverte (ou coupure d’artère).

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.11


secours étant réalisé par cette les schémas des liaisons à Les cinq schémas utilisés dans le
possibilité de bouclage. Dans un tel monde en MT
schéma , il y a toujours un point
la terre du neutre Là encore, il n’existe pas un schéma
d’ouverture dans la boucle (d’ou le nom Le choix du schéma des liaisons à la type des liaisons à la terre du neutre.
de boucle ouverte aussi utilisé pour terre du neutre (ou régime du neutre Cependant, il est possible de
cette solution), ce qui revient à un MT) définit entre autres les valeurs des rassembler, selon cinq écoles, tous les
fonctionnement équivalent à deux surtensions et des courants de défaut cas rencontrés à travers le monde
antennes. qui pourront exister sur un réseau dans (cf. fig. 12) :
Le schéma unifilaire-type est le cas de défaut à la terre. Il faut ■ neutre direct à la terre et distribué,
évidemment une boucle sur laquelle remarquer que ces deux paramètres ■ neutre direct à la terre et non
sont connectés les points de sont antinomiques, à savoir que distribué,
consommation (cf. fig. 9) qui peuvent l’obtention d’une faible valeur de ■ neutre mis à la terre via une
être des postes de distribution publique courant entraîne le risque d’une impédance,
MT/BT, et/ou des postes de livraison surtension élevée, et réciproquement. ■ neutre mis à la terre via un circuit

pour un abonné en MT. Chaque point Ces valeurs imposeront alors les accordé,
contraintes électriques que devront ■ neutre isolé de la terre.
(entre 15 et 25 points par boucle) est
raccordé sur la boucle par deux tenir les matériels électrotechniques. Comme il a déjà été dit, aucune de ces
interrupteurs MT. Tous ces Mais par ce choix du schéma de écoles ne s’impose dans le monde :
interrupteurs sont fermés, excepté l’un liaison, simultanément, sont certaines solutions sont spécifiques à
d’eux qui constitue le point d’ouverture sélectionnées les solutions possibles des pays, et différentes écoles peuvent
de la boucle et définit le chemin pour la protection du réseau électrique, exister dans un même pays, voire
d’alimentation pour chaque point de et influencées les méthodes même au sein d’un même distributeur
consommation. Ce point d'ouverture d’exploitation. d’électricité.
peut être déplacé dans la boucle, en
particulier lors des manœuvres de
reconfiguration de réseau faisant suite à
un défaut. poste poste
Très souvent ce schéma est associé à HT/MT HT/MT
une distribution de type souterrain.
Il est typiquement utilisé en milieu
urbain à forte densité, avec les points
forts et faibles décrits dans le tableau
de la figure 10.
Schéma double dérivation
Ce schéma peu utilisé est
essentiellement exploité dans la région
parisienne par EDF, il est présenté par
la figure 11. circuit "A"
Le principe mis en œuvre est le circuit "B"
suivant :
■ le réseau MT est dédoublé, il comporte
deux circuits A et B normalement en
permanence sous tension,
■ tout poste MT/BT
U
■ est raccordé sur les deux câbles MT
(«A» et «B»), mais n’est effectivement arrivée 1
connecté qu’à un seul câble "A" 0
(interrupteur MT fermé sur le câble arrivée 1
«A»), "B" 0
■ est équipé d’un automatisme local tf tf
simple, réseau 1
■ en cas de défaut sur le câble «A», alimenté 0
l’automatisme détecte l’absence de par... A B A
tension sur ce câble, vérifie la présence
d’une tension sur le câble «B» et donne t f = 5 ou 25 s t
alors des ordres d’ouverture pour un fig. 11 : schéma de distribution en double dérivation, utilisé par EDF - France.
interrupteur MT puis de fermeture pour Dans l’encadré, séquence de l’automatisme d’un permutateur Merlin Gerin,
l’autre interrupteur MT. conforme aux spécifications EDF - France.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.12


Mais in fine, le choix d’un schéma de
liaisons à la terre du neutre en MT est
toujours le résultat d’un compromis école
entre les coûts d’installation et
d’exploitation.
La différenciation entre ces cinq
écoles neutre distribué neutre mis neutre mis neutre mis à neutre isolé
Il a été dit précédemment que le choix et mis à la terre directement à la terre la terre via un de la terre
du schéma des liaisons à la terre du en de nombreux à la terre et via une circuit accordé
neutre influence la performance du pays points non distribué impédance
réseau et la conception de son plan de Australie ■
protection. En effet les principales Canada ■
différences des cinq écoles sont dans Espagne ■ ■ ■ ■
le comportement du réseau en situation France ■
de défaut à la terre. Japon ■

Ces différences se traduisent Allemagne ■

concrètement au niveau : fig. 12 : les différents schémas de liaison à la terre du neutre en MT , et leur
■ de la facilité de détection de ces application dans le monde.
défauts,
■ du degré de sécurité atteint pour les
personnes,
■ de l’impact sur la tenue des matériels
électrotechniques. écoles du neutre MT points forts points faibles
A distinguer cependant, le schéma à direct à la terre et autorise la distribution ■ nécessite de nombreuses prises

neutre distribué qui permet une distribué en monophasé ou de terre de bonne qualité (sécurité)
triphasé ■ impose un plan de protection
distribution en monophasé. Cette
complexe
possibilité peut se justifier dans certains ■ provoque des courants
pays pour un objectif de coût élevés de défaut à la terre
d’installation moindre. Cependant les
direct à la terre et facilite la détection provoque des courants élevés
dispositifs de protection plus complexes non distribué des défauts à la terre de défaut à la terre
imposent une maintenance plus
isolé limite les courants crée des surtensions
contraignante.
des défauts à la terre
Indépendamment de ce cas particulier, accordé favorise l’auto-extinction nécessite des
le tableau de la figure 13, synthèse des du courant des défauts protections complexes
points forts et faibles de ces écoles, à la terre
explicite pourquoi aucune de ces impédant
écoles ne s’impose dans le monde. (comparé au neutre limite les courants nécessite des protections plus
direct à la terre) des défauts à la terre complexes
(comparé au neutre réduit les surtensions provoque des courants de défaut
le plan de protection isolé de la terre) à la terre plus élevés
La structure électrique d’un pays
correspond à un ensemble de réseaux fig. 13 : une synthèse des points forts et faibles des cinq écoles de liaisons à la terre du
neutre en MT.
électriques.
Un réseau électrique peut lui-même
être décomposé en zones.
Chacune de ces zones est
généralement protégée par un capteur unité organe
disjoncteur en association avec des de de actionneur de
dispositifs de détection (capteur de mesure protection coupure
mesure : transformateur de courant, de
potentiel,..), de protection et de
contrôle-commande (relais de
protection), et de déclenchement
(actionneurs). réseau électrique
L’ensemble de ces éléments constitue
une chaîne de protection (cf. fig. 14) fig. 14 : la chaîne de protection MT,
qui assure l’élimination de la partie et la photographie d’un SF Set (Merlin Gerin), un exemple d’intégration complète.
défaillante du réseau en cas de défaut.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.13


Son rôle est d’assurer la sécurité en Dans la pratique il conduit à éliminer le plan de
protégeant contre les défauts cet élément défectueux et seulement
d’isolement entre phases ou entre celui-ci (cf. annexe 2 : les différentes
contrôle-commande
phase-terre, et contre les surcharges techniques de sélectivité). Sous le terme de contrôle-commande
prolongées. En particulier, la chaîne de sont regroupés tous les éléments liés à
La rapidité
protection doit réduire les l’exploitation des réseaux.
Ce critère a, comme le précédent, une
conséquences d’un défaut de court- incidence économique : il permet de Un plan de contrôle-commande définit
circuit, à savoir les risques d’incendie, limiter les dégâts dûs aux arcs l’ensemble de ces éléments et
d’explosion, de détérioration électriques et aux courants de court- l’organisation de leur fonctionnement
mécanique, ... circuit, en particulier il réduit les risques relatif. En cela le plan de contrôle-
Le plan de protection d’un réseau est d’incendie et les coûts de réparation. commande d’un réseau doit permettre
l’ensemble de ces chaînes de à l’exploitant (le distributeur) de tenir
L’évolutivité compte des trois situations :
protection, intégrant les matériels mis
Ce critère qui intéresse essentiellement ■ en exploitation normale,
en œuvre, mais aussi l’organisation du
le distributeur indique le niveau prévu ■ en situation de défaut,
fonctionnement entre eux. Cette
d’évolutions (possibilités et facilités) ■ en maintenance (hors et sous
organisation du plan de protection, y
pour le plan de protection en fonction tension).
compris les temps de déclenchement
des modifications de la topologie du
des disjoncteurs associés, définit la Enfin les outils d’exploitation mis en
réseau.
durée maximale de passage des œuvre dans ce plan vont fortement
courants de défaut aux différents points Parmi tous ces critères, la sélectivité contribuer à la qualité de service
du réseau électrique. est celui qui conduit à des solutions obtenue. Ces outils vont du bouton
techniques plus particulières selon les poussoir de commande d’un appareil
L’efficacité d’un plan de protection
pays. Elles dépendent de deux choix MT jusqu’au centre de conduite du
dépend de plusieurs critères : la
initiaux des distributeurs d’énergie : réseau MT, de l’ampèremètre sur une
fiabilité, la sélectivité, la rapidité, la
■ celui du schéma de liaison du neutre cellule MT au relevé automatique de
sensibilité, l’évolutivité.
à la terre, à partir duquel sont courbe de charge à distance d’un
La fiabilité notamment définies les protections départ MT, etc...
Ce critère situe le niveau de qualité en contre les défauts à la terre
ce qui concerne la sécurité des (cf. § précédent) ;
personnes et des biens, en particulier ■ et celui du principe de sélectivité dont
face aux dangers d’électrocution par le plus usité, appelé sélectivité ampère-
élévation du potentiel des masses. De chronométrique, repose sur une
fait, bien qu’une unité de protection soit association de la valeur du courant de
rarement sollicitée, lors d’un défaut elle défaut (sélectivité ampèremétrique) à
doit agir efficacement, et ce durant de une valeur du temps de déclenchement
nombreuses années. Ce critère affecte (sélectivité chronométrique). Mais sur
directement la performance du réseau, un même réseau plusieurs techniques
ainsi par exemple toute interruption de peuvent coexister, en Afrique du Sud
la distribution doit être “justifiée” car elle par exemple l’E.S.C.O.M. utilise sur un
provoque une perte d’exploitation pour même réseau de la sélectivité ampère-
les abonnés… et pour le distributeur. chronométrique, de la différentielle de
La sensibilité ligne entre les postes HT/MT et les
Ce critère a également une signification postes MT/MT et de la différentielle
en terme de sécurité et d’économie : il pour les transformateurs HT/MT. Enfin,
traduit la facilité de détecter de faibles la technique de sélectivité de distance
courants de défauts sans être sensible est principalement utilisée par les
aux phénomènes transitoires dûs au distributeurs allemands.
réseau (manœuvres) ou aux effets
électromagnétiques environnants, donc
avant l’existence d’un risque pour les
personnes et les biens, et cela sans
déclenchement intempestif.
La sélectivité
Ce critère est surtout pris en compte
sur le plan économie d’exploitation,
puisqu’il indique dans quelle mesure il
est possible de maintenir en service le
maximum du réseau lorsqu’un de ses
éléments est affecté d’un
fonctionnement anormal.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.14


4. la distribution publique MT

Ce chapitre est un rappel des principaux Le poste MT/BT en distribution assure le passage de la MT (≈ 10 kV) à la
postes installés sur les réseaux MT, et des publique BT (≈ 100 V).
principales technologies utilisées au niveau Localisé entre le réseau de distribution MT Le schéma type de ce poste (cf. fig. 15)
des matériels MT. Il se termine par deux et le réseau de distribution BT, cet ouvrage est évidemment beaucoup plus simple
schémas illustrant plus concrètement leurs
applications.
poste HT/MT
arrivées HT
les postes sur les réseaux MT
Un poste ou ouvrage est une entité
physique définie par sa localisation et ses
fonctionnalités dans les réseaux transformateurs HT/MT
électriques.
La vocation d’un poste est avant tout
d’assurer la transition entre deux niveaux disjoncteur de
de tension et/ou d’alimenter l’utilisateur couplage MT
final.
Le poste HT/MT en distribution publique
Cet ouvrage est présent dans toute
structure électrique d’un pays ; il est situé
entre le réseau de répartition et le réseau départs MT aériens et/ou souterrains
de distribution MT.
Sa fonction est d’assurer le passage de la poste MT/MT
HT (≈ 100 kV) à la MT (≈ 10 kV). arrivées MT
Son schéma type (cf. fig. 15) comporte
deux arrivées HT, deux transformateurs
HT/MT, et de 10 à 20 départs MT. Ces
départs alimentent des lignes en aérien et/
ou des câbles en souterrain.
Le poste MT/MT en distribution
départs MT aériens et/ou souterrains
publique
poste MT/BT
Cet ouvrage peut réaliser deux fonctions :
■ assurer la démultiplication des départs
MT en aval des postes HT/MT (cf.
fig. 15) . Dans ce cas, le poste ne
comporte aucun transformateur. Il est
constitué de deux arrivées MT et de 8 à 12
départs MT. Ce type de poste est présent arrivées MT protection du départs BT
dans quelques pays, comme l’Espagne, la transformateur MT/BT
Belgique, l’Afrique du sud.
■ assurer le passage entre deux niveaux
poste de
MT. De tels postes MT/MT intègrent des livraison pour
transformateurs. Ils sont nécessaires dans un abonné MT
certains pays qui utilisent deux niveaux
successifs de tension sur leur réseau MT,
c’est le cas par exemple de la Grande-
Bretagne où le réseau MT est décomposé
en deux niveaux avec le 11 kV et le 33 kV.
Leur schéma type s’apparente à celui du arrivées protection générale départs privés :
MT et comptage MT MT BT
poste HT/MT.
fig. 15 : différents types de schéma de postes utilisés sur les réseaux de distribution publique.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.15


que celui des ouvrages précédents. En un client peut être alimenté en BT jusqu’à ■ de tableaux MT qui sont des
particulier, l’appareil de base MT utilisé 2 500 kVA. associations de plusieurs cellules.
est l’interrupteur et non plus le disjoncteur. Dans le cas des abonnés livrés en HT, le L’utilisation des appareils en séparé est
Ces postes sont constitués de quatre schéma du poste est conçu de plus en plus rare ; seuls quelques
parties : spécifiquement. Mais si l’abonné est pays, tels la Turquie ou la Belgique,
■ l’équipement MT pour le alimenté en MT, un schéma type peut utilisent encore cette technologie.
raccordement au réseau amont, être proposé (cf. fig. 15). Cependant,
l’installation d’un tel poste est évidemment Parmi tous les appareils existants, deux
■ le transformateur de distribution sont plus particulièrement utilisés dans
MT/BT, liée à un accord du distributeur qui peut
avoir des spécificités propres (comptage, l’appareillage MT, il s’agit du
■ le tableau des départs BT comme disjoncteur et de l’interrupteur. Ils sont
points de raccordement du réseau aval conditions d’exploitation, ...).
presque toujours complétés par
de distribution (en BT), d’autres appareils (unités de protection
■ et de plus en plus souvent une
autres ouvrages MT et contrôle-commande, capteurs de
enveloppe extérieure préfabriquée mesure,…) qui composent leur
(métallique ou de plus en plus souvent En dehors des postes déjà cités, il
existe d’autres ouvrages MT situés équipement associé.
en béton) qui contient les éléments ■ disjoncteur MT
précédents. principalement sur les réseaux aériens.
Souvent monofonction, ils sont destinés Cet appareil, dont la fonction principale
Le poste de livraison à un abonné : est la protection, assure également la
HT ou MT ■ soit à la protection, c’est le cas des fonction commande, et suivant son type
Ces ouvrages assurent le passage de fusibles et des reclosers (cf. lexique). d’installation le sectionnement
la distribution publique à la distribution ■ soit à l’exploitation, c’est le cas des (débrochable, cf. lexique).
privée. Ils permettent le raccordement interrupteurs télécommandés. Les disjoncteurs MT sont presque
■ au réseau de répartition HT d’un L’interrupteur MT télécommandé entre toujours montés dans une cellule MT.
abonné à grande consommation dans le cadre de la téléconduite des ■ interrupteur MT
(≈ MVA) via un poste HT/MT, réseaux. Il permet les opérations de Cet appareil, dont la fonction principale
■ au réseau de distribution MT d’un reconfiguration rapides sans est la commande, assure aussi souvent
abonné à moyenne consommation déplacement de l’exploitant. la fonction sectionnement. De plus, il
(≈ 100 KVA) via un poste MT/BT. est complété de fusibles MT pour
Le choix de la tension de raccordement assurer la protection des
au réseau de distribution publique pour l’appareillage MT (cf. annexe 1) transformateurs MT/BT (30% des
un abonné dépend essentiellement de : utilisations des interrupteurs MT).
L’appareillage MT permet de réaliser
■ la qualité du réseau BT, en particulier les trois fonctions de base suivantes : En ce qui concerne les cellules MT,
de sa limite en puissance (tenues ■ le sectionnement qui consiste à isoler leurs enveloppes métalliques sont
électriques) ; une partie d’un réseau pour y travailler spécifiées par la publication CEI 298
■ la politique du distributeur, en en toute sécurité, qui distingue quatre types
particulier de la tarification qu’il ■ la commande qui consiste à ouvrir ou d’appareillage, chaque type
propose, car pour l’abonné elle définit fermer un circuit dans ses conditions correspondant à un niveau de
l’intérêt économique de l’énergie normales d’exploitation, protection contre la propagation d’un
électrique, en concurrence avec les ■ la protection qui consiste à isoler une défaut dans la cellule.
autres sources d’énergie : fuel, gaz, ... partie d’un réseau en situation Cette protection réalisée par un
Dans la pratique, c’est la puissance anormale. cloisonnement de la cellule prévoit trois
souscrite par l’abonné qui définit le compartiments de base (cf. fig. 17) :
Il se présente essentiellement sous
■ le compartiment appareillage
raccordement en BT ou en MT, avec trois formes :
des valeurs fort différentes selon les contenant l’appareil (disjoncteur MT,
■ d’appareils en séparé (cf. fig. 16)
pays. Ainsi en France un abonné est interrupteur MT,…),
(fixés directement sur un mur et
■ le compartiment jeu de barres MT
alimenté en MT à partir de 250 kVA, protégés d’accès par une porte
alors qu’en Italie ce seuil est plus pour les liaisons électriques entre
grillagée),
proche de quelques dizaines de kVA. plusieurs cellules MT regroupées en
■ d’enveloppes métalliques (ou
A l’inverse, il est élevé aux Etats-Unis où tableaux,
cellules MT) contenant ces appareils,

appareil MT sectionneur interrupteur disjoncteur interrupteur- disjoncteur fusible


fonction sectionneur débrochable
sectionnement ■ ■ ■
commande ■ ■ ■ ■
protection ■ ■ ■

fig. 16 : les différentes fonctions des appareils MT utilisés en distribution publique (les contacteurs sont essentiellement utilisés dans l’industrie).

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.16


Cette technologie est également Le tableau de la figure 18 situe les
raccordement et mesure employée pour les interrupteurs sous la appareillages les plus fréquemment
transformateur de mesure forme de RMU (Ring Main Unit). Elle utilisés en fonction des types de poste,
permet d’assurer les trois fonctions alors que le tableau de la figure 19
contrôle montre la situation actuelle et les
type d’un poste MT/BT raccordé sur un
réseau en coupure d’artère (deux différentes tendances des techniques
interrupteurs de raccordement au utilisées pour la coupure en MT
appareillage réseau plus un interrupteur-fusible ou
disjoncteur un disjoncteur en protection du
transformateur MT/BT).
arrivée
départ
poste HT/MT MT/MT MT/BT HT/MT MT/BT
jeu de public public public abonné abonné
appareillage
barres
grillagé
I I
fig. 17 : les différents compartiments d’une (appareil séparé)
cellule MT, sous enveloppe métallique, et
leurs principaux éléments. bloc D ou I I D I ou D

compartimenté D ou I I D I ou D
■ le compartiment raccordements aux
câbles MT, souvent prévu pour recevoir
blindé D D D
les capteurs de mesure.
Souvent un quatrième compartiment
GIS D D
complète cet ensemble, il s’agit du
compartiment contrôle
(ou caisson BT) qui contient les unités RMU I I
de protection et de contrôle-
commande. I = avec interrupteur D = avec disjoncteur

En plus de cette classification il y a lieu fig. 18 : les principales applications des appareillages MT.
de noter la distinction entre Fixe et
Débrochable (cf. lexique) qui s’applique
à l’appareil et à la cellule MT. Cette
distinction liée à la facilité d’exploitation air huile SF6 vide
(fonction du temps d’intervention pour
changer un appareil), n’intervient interrupteur MT ■ ■ ■ ■ ■

qu’indirectement dans la notion de


sécurité du réseau.
disjoncteur MT ■ ■ ■ ■ ■ ■
Pour réaliser les cellules MT les quatre
types d’appareillage définis par la
CEI 298 sont :
fig. 19 : les techniques de coupure des appareils MT, leur importance relative et l’évolution de
■ l’appareillage BLOC avec des
leur emploi.
compartiments plus ou moins distincts ;
■ l’appareillage COMPARTIMENTE
dont seule l’enveloppe extérieure est
obligatoirement métallique, a les trois
compartiments réalisés par des
cloisons métalliques ou isolantes ;
■ l’appareillage BLINDE a aussi les
compartiments distincts mais avec des
cloisons obligatoirement métalliques ;
■ l’appareillage GIS (Gas Insulated
Switchgear) qui est hermétiquement
clos et dans lequel les compartiments
n’ont plus un rôle prépondérant de
sécurité. Le GIS incorpore
essentiellement des disjoncteurs.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.17


un schéma français, et un ■ lignes MT triphasées sur l’ossature Pour obtenir un degré de sécurité des
schéma nord-américain principale, avec dérivations en triphasé, personnes satisfaisant, il est
biphasé ou monophasé pour les nécessaire d’inclure de nombreux
Ces deux exemples typiques sont branchements MT/BT. appareils MT (Fusibles, Reclosers,
proposés pour illustrer concrètement Sectionalisers, cf. lexique). Cependant,
les éléments présentés dans ce Un tel concept réduit les coûts des
lignes, les pertes et les surtensions dans certains cas, l’appareillage de
chapitre et mettre en évidence la protection est réduit à des fusibles de
diversité des solutions à travers le dues aux défauts. Mais il nécessite une
grande qualité des mises à la terre du type cut-out (cf. lexique),
monde. Et bien sûr, d’autres schémas l’investissement financier est alors
existent, même dans ces deux pays. neutre.
Le schéma unifilaire aérien de l’EDF
(France) (cf. fig. 20)
Ce schéma met en application les
poste HT/MT
principes suivants : transformateur
■ au poste HT/MT, mise à la terre du HT/MT
point neutre par une impédance limitant
le courant de défaut phase-terre à
300 A sous 20 kV,
■ lignes MT triphasées, neutre non
distribué,
■ schéma radial (en antenne).
Un tel concept permet de détecter au disjoncteur triphasé
niveau des départs MT, dans le poste à réenclenchement
HT/MT, tous les défauts à la terre, et automatique
cela sans aucun autre organe de
protection MT en aval de ce poste.
Il en découle un plan de protection et
contrôle-commande facile à concevoir,
à exploiter et à faire évoluer.
La sécurité des personnes est assurée distribution aérienne MT
trois phases, neutre non distribué
au mieux.
Cependant la qualité de service
obtenue est moyenne par le fait que
chaque départ MT, au niveau du poste
HT/MT, est assujetti à une seule IACM : interrupteur
protection : en cas de déclenchement tion IACM triphasé aérien à
dériva commande manuelle
de cette protection, tout le réseau situé
en aval de ce départ MT est mis hors
tension.
Des solutions existent pour pallier ce
IACM MT/BT
point faible. Elles reposent sur IACM
IAT : interrupteur
l’utilisation de matériels triphasé
complémentaires tels les interrupteurs IAT
aérien télécommandé
télécommandés aujourd’hui, et les
le
pa

disjoncteurs réenclencheurs en réseau MT/BT


nci

demain.
pri

Le schéma unifilaire aérien Nord-


re
atu

Américain. (cf. fig. 21)


IACM
oss

Cette conception est quelquefois


MT/BT
présente dans des pays sous influence
Nord-américaine (ex : Tunisie).
Elle repose sur les principes suivants : MT/BT transformateur
■ distribution maximale en MT, en MT/BT
limitant la longueur des départs BT
IAT
pour réduire les pertes ;
■ distribution du neutre MT avec une
mise à la terre régulière (ex : tous les
300 mètres) ; fig. 20 : schéma de distribution aérienne MT (EDF - France).

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.18


limité, mais au détriment de la De même, l’exploitation et la ■ des stocks importants en rechanges
performance et de la sécurité (risque maintenance de tels réseaux sont plus (différents calibres de fusibles,...)
d’incendie). contraignantes que pour les réseaux doivent être prévus.
La conception du plan de protection et réalisés selon le schéma de l’EDF : Cette solution se justifie surtout dans
contrôle-commande est complexe au ■ un personnel très qualifié (entretien des pays de très grande superficie et
niveau de la sélectivité entre les de l’appareillage, réglage des d’une densité de charge faible (ex :
différents organes de protection. protections,...) est nécessaire, Etats-Unis et Canada en milieu rural).

poste HT/MT

transformateur HT/MT

disjoncteur
(3 monophasés indépendants
ou 1 triphasé)

distribution aérienne MT conducteur de neutre


ossature principale : trois phases et neutre,
deux fusibles en protection de
dérivation : mono, bi, ou triphasée, avec neutre
dérivation (2 phases + neutre)

tion recloser : disjoncteur aérien


dériva (3 monophasés ou 1 triphasé)
à réenclenchements multiples

transformateur MT/BT (voir


encadré ci-dessous)

MT/BT Nb
sectionaliser
MT/BT

poste de transformation
nord-américain MT/BT

Nb MT/BT MT
le
a
cip
rin
ep
tur
sa
os

Nb MT/BT
BT BT

fig. 21 : schéma (détaillé par phase) de distribution MT aérienne nord-américaine.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.19


5.protection et contrôle-commande des réseaux MT

L’avènement des technologies Enfin dans les années 80, la


numériques à base de technologie numérique a permis grâce
microprocesseurs a considérablement à la puissance de traitement des
modifié les solutions utilisées pour la microprocesseurs, de réaliser des
conception des plans de protection et unités de traitement de l’information
contrôle-commande. Ce chapitre (cf. fig. 22) qui peuvent :
présente les dernières évolutions et ■ assurer globalement les diverses
envisage quelques perspectives protections,
d’avenir de ces fonctions de plus en ■ remplacer le relayage (automatisme)
plus complexes exploitées sur les de la cellule,
réseaux MT. Il montre aussi ■ fournir à l’exploitant la mesure des
l’importance de la nouvelle discipline paramètres électriques.
qu’est la compatibilité Ces unités à vocation étendue sont :
électromagnétique (CEM). ■ flexibles (le choix des protections se
fait par une simple programmation),
■ paramétrables (choix de réglages
les technologies des unités étendu),
de protection MT ■ fiables (elles sont équipées d’auto-
Une unité de protection, ou relais MT surveillance ou chien de garde et
(cf. annexe 1), a pour mission : d’auto-test),
■ de surveiller en permanence les ■ économiques (leur câblage et leur
divers paramètres d’une partie d’un temps de mise en œuvre sont réduits).
réseau (ligne, câble ou transformateur), Elles permettent en outre de réaliser, fig. 22 : SEPAM, une unité de protection et
■ d’agir en situation anormale, grâce à des algorithmes performants et contrôle-commande et ses trois capteurs
■ et de plus en plus de transmettre des à leurs communications numériques, amagnétiques (Merlin Gerin).
informations pour l’exploitation du des fonctions supplémentaires telles
réseau. que la sélectivité logique.
Pour cela elle analyse les valeurs des Profitant de cette capacité à
grandeurs électriques qui lui sont communiquer, une véritable conduite
fournies par les capteurs de mesure, et de réseau (similaire à la gestion
donne les ordres de fonctionnement technique d’une installation industrielle)
aux circuits de déclenchement. est maintenant réalisable.
Longtemps limitées à la technologie Dans le domaine des capteurs, et
électromécanique, les unités de particulièrement de courant, la
protection MT connaissent aujourd’hui tendance à employer des capteurs à
une évolution fondamentale avec large bande de mesure à la place des
l’utilisation des microprocesseurs. transformateurs d’intensité (1 ou 5 A)
Ainsi les matériels disponibles à ce jour s’affirme. De tels capteurs conçus par
reposent sur les trois technologies : l’application du principe de Rogowski
électromécanique, analogique et (capteur amagnétique) sont
numérique. La plus ancienne est la commercialisés. Il apportent aux
technologie électromécanique, les distributeurs des solutions optimisées
relais sont simples et spécialisés (réduction des variantes et facilité de
(contrôle du courant, de la tension, de choix) et largement plus performantes
la fréquence,…) mais d’une faible (meilleure linéarité de la courbe de
précision, leurs réglages sont réponse) que les transformateurs
susceptibles de dérive dans le temps. traditionnels.
La technologie électronique analogique
(transistor) plus récente a apporté la
précision et la fidélité.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.20


la compatibilité les applications du conduite sont différents de ceux utilisés
sur les réseaux de transport et de
électromagnétique contrôle-commande en MT
répartition. La multiplicité et la
La CEM se définit comme la capacité Vers une exploitation centralisée dispersion géographique des points de
d’un dispositif, équipement ou système, La téléconduite est le regroupement en téléconduite, la gestion de plusieurs
à fonctionner de manière satisfaisante un ou quelques points de tout ce qui centres de conduite simultanés, le
dans son environnement nombre et la qualification des
est nécessaire au contrôle-commande
électromagnétique sans influencer cet exploitants nécessitent des solutions
à distance d’un réseau MT (cf. fig. 23).
environnement ; cet environnement
Ces points de regroupement sont des adaptées :
pouvant inclure d’autres dispositifs plus
postes de conduite fixe ou mobile ■ ergonomie et convivialité des postes
ou moins sensibles.
(embarqués dans un véhicule). Ils sont de travail,
Avec le développement des techniques aussi appelés, selon les distributeurs, ■ outils d’aide à la conduite,
numériques et la nécessaire centre de conduite, dispatching ou ■ outils de configuration (cf. lexique)
cohabitation des matériels MT (tension SCADA (supervisory control and data des centres de conduite,
et intensité de valeurs élevées tout acquisition). ■ gestion des différents supports de
particulièrement lors de leurs transmission utilisés.
manœuvres) et des dispositifs de Pour tenir compte des besoins
protection et contrôle-commande à spécifiques à la conduite des réseaux Dans la pratique le terme téléconduite
base d’électronique (faible niveau de de distribution MT, ces centres de englobe les fonctions de
tension et forte sensibilité aux
radiations électromagnétiques),
Merlin Gerin a dû, pour développer ses
nouveaux produits, approfondir puis
mettre en application cette discipline
qu’est la CEM. De plus, pour satisfaire ondes radio centre fixe
les exigences des distributeurs (sûreté poste mobile réseau téléphonique commuté de conduite
de fonctionnement), il a été nécessaire de conduite
de réaliser des tests plus contraignants
que ceux définis par les récentes
normes actuellement en vigueur
(cf. annexe 1) qui précisent les limites
de perturbations acceptables :
■ Ainsi pour les appareils de mesure, la
norme CEI 801-3 préconise des essais
sur la bande de fréquences ondes
27 MHz - 500 MHz et trois niveaux de radio
sévérité (1, 3, 10 V/m) alors que les
conditions de test dans les laboratoires
Merlin Gerin sont bien plus sévères : la
gamme de fréquences couvertes réseau téléphonique
(ligne spécialisée)
s’étend de 10 kHz à 1 GHz ; de plus,
de 27 MHz à 1 GHz les appareils réseau
peuvent y être testés à des champs téléphonique
atteignant 30 V/m. (voir aussi le Cahier commuté
Technique Merlin Gerin n°149)
■ Et pour les matériels MT, certains
tests sont réalisés sur des tableaux
complets (appareillage MT et unité de
protection) en situation réelle
d’exploitation.
Mais bien que la CEM soit prise en
compte dans toutes les phases de
développement et de fabrication des
appareils, pour réaliser un équipement
parfaitement opérationnel, elle doit
aussi être appliquée dans les phases poste HT/MT poste MT/BT appareil aérien MT
d’installation et de câblage sur site.
fig. 23 : exemple de téléconduite d’un réseau MT, avec les différentes liaisons nécessaires aux
échanges d’informations.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.21


télésignalisation, télésurveillance, nécessaires pour conduire le réseau en La télécommande
télémesure, et télécommande. Ces temps réel, ou pour en effectuer une La commande à
fonctions peuvent se répartir en deux analyse ultérieurement. distance de l’ouverture
groupes liés au sens de transmission Toutes ces informations avec leur et de la fermeture des appareils de
entre l’exploitant et le réseau : mode de restitution, sont définies lors puissance est l’exemple élémentaire de
■ télésurveillance, des appareils vers de la conception du plan de contrôle- la télécommande. L’application pratique
l’exploitant (cf. fig. 24) commande. En particulier les images en est les interrupteurs et disjoncteurs
■ télécommande, de l’exploitant vers synoptiques sont créées en fonction de MT télécommandés. D’autres actions
les appareils. l’installation réelle et des besoins de peuvent être télécommandées :
l’exploitant. De plus, elles sont animées réglages, automatisme,…
La télésurveillance en temps réel. Ainsi l’exploitant peut Les ordres de télécommande doivent
Pour sa part, elle visualiser : être exécutés avec le maximum de
regroupe les ■ les schémas d’exploitation (réseau sûreté. Ce qui est obtenu par
signalisations de position des différents électrique, poste, cellule MT) ; l’utilisation d’un réseau de
appareils MT, leur déclenchement ■ les états de l’installation (positions communication performant permettant
éventuel sur défaut, la mesure des des appareils MT, ...) ; de disposer des informations
consommations instantanées ou ■ les valeurs des grandeurs nécessaires en temps réel. Ainsi un
pondérées dans les différentes parties d’exploitation (courants, tensions, ordre de manœuvre d’un appareil MT
du réseau électrique, et toute autre puissances, ...) ; est transmis via une télécommande
information permettant de connaître ■ les valeurs de réglage des double (TCD), et confirmé par le retour
l’état, à jour, du réseau. Elle permet par protections MT ; d’une télésignalisation double (TSD).
exemple, d’imprimer automatiquement ■ le contenu détaillé des alarmes, avec Les procédures de télécommande
(consignation) et en continu (au fil de leur chronologie d’apparition ; intègrent également des demandes de
l’eau), sur occurrence ou validation et de confirmation avant
■…
temporellement, tous les événements l’exécution d’un ordre de manœuvre.
La téléconduite
Dans la distribution MT elle est une
source d’économies au niveau de
l’exploitation du réseau. En effet, sans
avoir à se déplacer, l’exploitant peut en
permanence contrôler et intervenir sur
le fonctionnement de son réseau. Un
exemple : suite à un défaut il est
téléconduite possible de changer rapidement le
schéma d’exploitation du réseau afin de
rendre minimale la partie de réseau

=
non alimentée, et cela en consultant à
distance les indicateurs de localisation
de défaut (cf. lexique) installés en
différents endroits sur le réseau MT,
puis en agissant sur les interrupteurs
MT télécommandés. Il en résulte une
forte réduction de l’énergie non
télésurveillance télécommande
distribuée, mais aussi une optimisation
(transit d'informations) (transit d'ordres)
de ce réseau avec les possibilités de
gérer au mieux la répartition des
charges.

+ La charge du réseau peut aussi faire


l’objet d’analyses.
En particulier à partir de la consignation
de la courbe de charge elles permettent
de vérifier et d’optimiser les
■ télésignalisation, ■ commande à distance
consommations d’énergie.
■ télémesure. des appareils MT du réseaux,
■ changement à distance Enfin, pour une meilleure efficacité,
des réglages. l’opérateur peut disposer rapidement
de l’information la plus pertinente par
un pré-traitement automatique tel une
fig. 24 : plusieurs fonctions, ici regroupées selon le sens de leurs transmissions entre opération de tri, de mise en forme
l’exploitant et le réseau, sont nécessaires pour réaliser la téléconduite. graphique, de calcul,...

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.22


Gestion automatique des sources Les architectures de Les réseaux électriques, quelque soit
d’énergie leur schéma, se prêtent tout à fait à
Cette gestion, dont l’objectif est
contrôle-commande en MT
cette évolution. Aussi, malgré la
d’améliorer la qualité de service par la L’avènement des technologies diversité des méthodes d’exploitation,
continuité d’alimentation sur le réseau, numériques a considérablement modifié est-il logique de voir se développer une
a pour principale application la les solutions utilisées pour le contrôle-
hiérarchisation des fonctions du
permutation entre les différentes commande MT. En particulier, la facilité
contrôle-commande MT.
sources d’énergie électrique. Cette de disposer d’unités de protection et
Dans ce but, un plan de
application à base d’automatismes est contrôle-commande numériques de
contrôle-commande MT définit :
réalisée par les unités de faible volume et d’un coût raisonnable
■ les fonctions à réaliser,
contrôle-commande. permet, avec une conduite
■ leur localisation hiérarchique,
d’exploitation centralisée, d’utiliser
La topologie en double dérivation ■ et leur localisation géographique.
aujourd’hui des intelligences locales.
exploitée par l’EDF sur certains de ses Il peut toujours être étudié selon quatre
Cette évolution offre les avantages
réseaux souterrains en est un exemple. niveaux (cf. fig. 25) :
suivants :
■ elle pallie les inconvénients d’une ■ niveau 0 : appareils MT et capteurs,
intelligence concentrée en un seul point. ■ niveau 1 : protection et contrôle-
En effet une défaillance en ce point serait commande d’une cellule MT,
catastrophique pour l’ensemble de ■ niveau 2 : conduite locale d’un
l’exploitation du réseau électrique. ouvrage ou poste,
■ elle offre l’avantage d’une meilleure ■ niveau 3 : téléconduite d’un
maintenabilité et d’une souplesse de réseau MT.
fonctionnement accrue. (cf. application EDF en annexe 3).

nduite rique
téléco seau élect
r é
d’un

ale
ite loc
condu vrage
u
d’un o

ande
trôle-comm
t io n et con
c
prote ellule MT
c
d’une

rs
apteu
T et c
eils M
appar

fig. 25 : les différents niveaux hiérarchiques des fonctions du contrôle-commande MT.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.23


L'ensemble constitue une architecture En ce qui concerne le En pratique un distributeur d’énergie
de contrôle-commande MT, dont le contrôle-commande des réseaux électrique utilise toujours différents
fonctionnement repose sur de électriques, l’organisation la plus supports :
nombreux échanges d’informations souvent utilisée et la plus sûre est celle ■ les lignes spécialisées (paire filaire)
entre les différents niveaux de type maître-esclave. pour le contrôle-commande des
hiérarchiques. Ces informations sont Quant à la transmission des données, ouvrages importants (poste HT / MT,
essentiellement : elle est de type série. Ceci signifie que poste MT / MT ),
■ des télésignalisations, les informations codées en binaire (0/1) ■ les liaisons radioélectriques ou
■ des télémesures, sont envoyées les unes après les téléphoniques pour le contrôle-
■ des télécommandes. autres sur un même support. Les commande des ouvrages secondaires
avantages de cette transmission sont (poste MT / BT et interrupteur MT
Leurs échanges peuvent avoir lieu en
avant tout un câblage très simple et aérien télécommandés).
permanence ou sur événement
(incident en réseau, ordre de une bonne immunité aux perturbations Les protocoles de transmission
manœuvre,...) ; ils nécessitent des extérieures. Le protocole est le langage utilisé pour
réseaux de communication Les supports matériels de échanger des informations entre les
performants. transmission différentes unités de protection et
La transmission des informations contrôle-commande dans une
nécessite aussi de disposer d’un ou de architecture. Il définit la structure des
les réseaux de plusieurs supports matériels. messages échangés, tant pour la
communication demande d’information que pour les
Dans le cas du contrôle-commande des
messages de réponse. Ces protocoles
Tous ces échanges sont regroupés réseaux électriques, les supports
peuvent être propres à un constructeur
dans la fonction télétransmission utilisés sont :
de matériels (ou à plusieurs
définie par les paramètres suivants : ■ la paire filaire, le câble coaxial
constructeurs) ou standardisés et
■ son organisation, (liaisons téléphoniques spécialisées ou
normalisés. En ce qui concerne la
■ ses supports matériels, réseau téléphonique commuté national),
distribution publique, dans le concept
■ son protocole de communication. ■ l’onde radio (faisceaux hertziens),
d’architecture précédemment présenté
■ le câble d’énergie (cas des courants
L’ensemble de ces paramètres devant et qui se généralise, les distributeurs
porteurs sur ligne).
permettre de garantir que tout message s’efforcent de normaliser les protocoles
émis est reçu correctement La fibre optique est encore en phase entre les niveaux 2 et 3. Par contre, les
(sans erreur). expérimentale car, malgré son grand transmissions internes aux
avantage d’être insensible aux appareillages restent à l’initiative de
L’organisation des
perturbations de nature électrique, son leurs constructeurs.
télétransmissions coût de mise en œuvre reste un frein
La solution la plus simple est de faire important. Quant aux liaisons par Dialoguer selon le protocole choisi
communiquer deux émetteurs- courant porteur, elles ne sont utilisées dans une architecture est une condition
récepteurs. Ce système est vite limité à ce jour qu’en gestion de charge des sine qua non pour qu’un matériel
dans ses applications car seuls deux réseaux, par exemple pour l’envoi des puisse s’intégrer à cette architecture.
points sont reliés. Lorsque plusieurs signaux de changement tarifaire par
unités participent au contrôle- l’EDF et l’envoi d’ordres de délestage
commande, la liaison point à point aux Etats-Unis. Mais elles sont en
devient insuffisante, d’où la notion de phase expérimentale pour d’autres
multi-point. Dans ce cas, deux applications, par exemple le télérelevé
organisations sont possibles : des compteurs d’énergie ou la
■ maître-maître reconfiguration du réseau après un
Toutes les unités placées dans cette défaut.
organisation peuvent prendre l’initiative En fait, aucun support ne s’impose
de communiquer. aujourd’hui ; son choix dépend de
■ maître-esclave différents critères :
L’unité de contrôle-commande de ■ nombre d’informations à véhiculer,
niveau le plus élevé dans la hiérarchie ■ fréquence (nombre et périodicité) des
de l’architecture est généralement le échanges,
maître. Il est chargé de gérer toutes les ■ vitesse requise pour les échanges,
transmissions, pour cela il interroge ■ nature des informations,
tous les esclaves à tour de rôle de ■ distance de transmission,
façon continue ou suite à un ■ relief du terrain (exemple : zone
événement. Les esclaves répondent montagneuse),
aux interrogations et exécutent les ■ coût de l’information échangée.
instructions fournies par le maître.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.24


6. conclusion

Le fait marquant résultant des l’objet d’expériences par des


situations actuelles, reste la diversité distributeurs, par exemple TEPCO au
selon les pays : Japon.
■ diversité des schémas électriques et Mais un frein à cette évolution future
de leur protection, est l’état des réseaux existants. En
■ diversité des choix techniques de effet, ceux-ci n’ont pas été conçus dans
base, une optique d’exploitation automatisée :
■ diversité des modes d’exploitation. leurs schémas complexes et non
Cependant deux évolutions majeures à répétitifs ne facilitent pas une analyse
long terme sont avancées par rationnelle.
l’ensemble des distributeurs : Les distributeurs ont bien perçu cet
l’évolution vers un système MT et obstacle. Ainsi, dans leurs orientations
l’évolution vers la conduite automatique à long terme, la simplification et la
des réseaux MT. rationalisation des schémas des
réseaux apparaissent comme de
L’évolution vers un système MT nouveaux objectifs, nécessitant des
Comme il l’a été vu dans les pages investissements longs et coûteux.
précédentes un réseau de distribution Sans attendre cette future étape, ils
électrique MT, est réalisé par expérimentent en permanence des
l’imbrication de deux réseaux : solutions adaptées aux schémas
■ le réseau d’énergie, dont l’objectif est
actuels de leurs réseaux MT.
de véhiculer l’électricité vers les points De même, les constructeurs utilisent
utilisateurs. Il est concrétisé par le les plus récentes technologies pour en
schéma unifilaire, et est constitué faire bénéficier les distributeurs.
d’appareils électrotechniques, de
transformateurs, de câbles,.... Bien sûr, l’Homme devra toujours
■ le réseau d’informations, dont
garder la maîtrise de tels Systèmes. Et
l’objectif est de traiter les données pour alors que les traitements de
obtenir la meilleure sécurité et l’information nés de l’informatique
disponibilité globale de ce réseau apportent déjà aux distributeurs
d’énergie. Concrétisé par les plans de d’énergie un meilleur savoir et une
protection et contrôle-commande, ce meilleure compréhension de leurs
réseau est constitué d’unités de réseaux électriques, les années futures
protection et contrôle-commande, qui apporteront des solutions innovantes
associées entre elles par un réseau de qui contribueront à l’atteinte de l’objectif
communication performant sont principal : satisfaire les besoins des
réparties : consommateurs d’énergie électrique
■ au niveau des appareils MT,
avec une qualité de service optimale.
■ au niveau des ouvrages ou postes,
■ au niveau du réseau électrique
lui-même.
C’est ainsi que, de la conception à
l’exploitation d’un réseau électrique,
«l'Homme Moyenne Tension» devient
un «Homme Système».
L’évolution vers la conduite
automatique des réseaux MT
Après les révolutions agricole et
industrielle, celle de la communication
crée de nouveaux besoins et de
nouvelles solutions et ce, de façon
irréversible. L’étape suivante sera
l’utilisation de systèmes experts pour
analyser et exploiter automatiquement
les réseaux. Cette évolution fait déjà

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.25


annexe 1 : quelques normes pour des produits MT

La diversité des matériels cités dans ce ■ relatives aux Ring Main Unit ■ relatives à la compatibilité
Cahier Technique, ne permet pas CEI 129, 265, 298, et 420, électromagnétique
d’indiquer toutes les normes UTE C 64-130, C 64-131, et C 64-400, ■ concernant la susceptibilité aux
internationales et/ou nationales qui les VDE 0670, perturbations
concernent. BS 5227, CEI 801 - chapitres 1 à 4,
A titre d’exemple, voici quelques ■ relatives aux unités de protection
NF C 46-020 à 023 ;
normes : ■ concernant l’émission de
CEI 68,
CEI 255, perturbations
■ relatives aux appareils de
EN 55 022,
coupure MT CEI 655,
NF C 91-022.
CEI 56 et 694, NF C 20-455,
CEI 470 pour les contacteurs NF C 63-850.
UTE C 64-100 et C 64-101,
VDE 0670,
BS 5311,
ANSI C37-06 pour les disjoncteurs.

annexe 2 : les différentes techniques de sélectivité

rappel les différentes techniques La sélectivité logique


Lorsqu’un défaut apparait sur un réseau Pour assurer cette sélectivité dans un Cette sélectivité est assurée par un
électrique, plusieurs organes de plan de protection MT cinq principes ordre «d’attente logique» d’une durée
protection situés dans différentes zones techniques peuvent être utilisés : limitée, émis par la première unité de
ampèremétrique, chronométrique, protection située juste en amont du
peuvent détecter simultanément cette
différentielle, de distance, et logique. défaut et devant couper le circuit, vers
anomalie.
les autres unités de protection situées
La sélectivité du plan de protection La sélectivité ampèremétrique plus en amont. Elle permet d’augmenter
permet de faire fonctionner en priorité Elle est assurée par les réglages en le nombre d’étages de sélectivité sans
l’organe qui est situé le plus près en valeur de courant des seuils de allonger les temps de déclenchement en
amont du défaut. Ainsi la coupure déclenchement. amont. Des fils pilotes sont nécessaires
d’alimentation est limitée à une zone La sélectivité chronométrique entre les unités de protection.
minimale du réseau. Elle est assurée par les réglages en Cette technique mise au point et
Cependant, un plan de protection intègre valeur de temps des seuils de brevetée par Merlin Gerin est détaillée
des redondances. Ainsi, dès la déclenchement. dans le Cahier Technique n° 2.
conception de ce plan, il est prévu que si La sélectivité différentielle
un organe de protection n’agit pas
Elle est assurée par un découpage du
correctement, un autre organe placé en
réseau en zones indépendantes, et la
amont de celui-ci devra réagir à son tour
détection dans chacune de ces zones
pour limiter les conséquences du défaut. d’une différence entre la somme des
Chacun de ces organes de protection courants entrant et la somme des
montés en cascade sur le réseau courants sortant. Cette technique
constitue un étage de sélectivité. nécessite une filerie entre les unités de
Dans un réseau MT le nombre d’étages protection situées aux différentes
de sélectivité entre les transformateurs extrémités de la zone surveillée.
HT/MT et MT/BT est généralement limité La sélectivité de distance
de 3 à 5 selon les pays. En effet, au Elle est assurée par un découpage du
delà, la sécurité ne peut plus être réseau en zones, et les unités de
assurée car les temps de réaction et les protection par calcul de l’impédance
valeurs des courants de défaut “aval”, peuvent localiser dans quelle
deviennent très dangereux. zone est situé le défaut.

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.26


annexe 3 : architecture EDF et matériels Merlin Gerin

,,,,,, , , 





,
,



,


,,,,,,, , ,
,,,,,,,,, ,
,, , , , ,

,


 
3
,




,


,



Point de regroupement PRR : point de regroupement
et de référence et de référence
,

,






,

,
, Interfaces de conduite :
d'intérieur d'intérieur d'extérieur
,




2
,



,

TCL11MS


,

calculateur
de poste
Isis 2000 :
consignateur
d'états

,



synoptique

Vigi PA
1 unité de protection et
,



de contrôle-commande

,



,



,



0 tableau SM6 : tableau RM6 :


,



cellule modulaire appareillage


,


interrupteur Ring Main Unit





,
tableau F24G Postes MT/BT télécommandés
Poste source HT/MT équipement débrochable
réseau aérien et/ou souterrain

,



M2S : interrupteur
aérien
télécommandé

niveau 3 : téléconduite d'un réseau


Les réseaux de communication :
niveau 2 : conduite locale d'un ouvrage
télétransmissions par lignes téléphoniques spécialisées
niveau 1 : protection et contrôle commande d'une cellule MT télétransmissions par radio et/ou réseau téléphoniques commuté
niveau 0 : appareils MT et capteurs réseau interne à l'appareillage (fil à fil aujourd'hui)

Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.27


annexe 4 : bibliographie

Cahiers Techniques Merlin Gerin


■ Protection des réseaux par le
Système de Sélectivité Logique
Cahier Technique n° 2 (F. Sautriau)
■ la CEM : la compatibilité
électromagnétique
Cahier Technique n° 149 (F. Vaillant)
Publications diverses
Les documents traitant les thèmes
évoqués dans ce Cahier Technique
sont très nombreux. Et, bien que des
articles présentant l’ensemble de ces
sujets soient d’un nombre plus réduit,
nous avons jugé plus intéressant
d’orienter le lecteur intéressé vers
des organismes diffusant les rapports
techniques issus de différents
congrès :
■ journées d’étude technique S.E.E.
■ qualité et économie de
l’alimentation électrique,
■ réseaux ruraux à Moyenne
Tension : évolution et perspective.
Adresse :
Société des Electriciens et des
Electroniciens
48 Rue de la Procession
75724 PARIS Cedex 15
■ C.I.R.E.D.
Congrès International des Réseaux
Electriques de Distribution.
Adresse :
Institution of Electrical Engineers,
Savoy Place, LONDON WC2R 0BL
Royaume-Uni.
■ UNIPEDE
Union Internationale des Producteurs
et Distributeurs d’Electricité.
Adresse :
39 avenue de Friedland
75008 PARIS

Réal. : ERI - Lyon - Photo. : IPV


Responsable édition : G. Satre-Duplessis
Cahier Technique Merlin Gerin n° 155 / p.28 IPV - 09-91 - 3500 - Imprimeur : Léostic