You are on page 1of 4

Syndicat national des spécialistes des maladies du cœur et des vaisseaux

LA NOUVELLE-ORLÉANS (ÉTATS-UNIS)
M e r c r e d i 6   AV R I L 2 0 11

Le Quotidien de l’ACC N° 4


Nouvelles technologies, télémédecine,
démarche qualité…
Christian Ziccarelli

L ’ACC ferme ses portes aujourd’hui


en fin d’après-midi après plusieurs
jours d’une intense activité. La série
savoir attendre avant de se prononcer sur
la valeur de la FSVG et la présence d’un
asynchronisme est certainement un facteur
des grandes études s’est poursuivie avec de mauvais pronostic. La resynchronisa-
PRECOMBAT­, que faute de place, je ne tion en zone viable améliore le remodelage
vous ai pas présentée hier. Le stenting d’une du ventricule gauche. La diminution de
sténose non protégée du tronc commun volume de l’insuffisance mitrale chez un
est-elle licite ? La réponse, vous le verrez, patient insuffisant cardiaque bénéficiant
La superbe plantation d’Oak Alley (entre La
Nouvelle-Orléans et Baton-Rouge, Louisiane)
n’est pas évidente. Alors qu’elle reste large- d’une resynchronisation serait de meilleur
ment prescrite, la digoxine n’est pas dénuée pronostic. Le score de CHADS2 associé à
d’effets délétères (AFFIRM). Il devient la prise en compte d’une variable échogra-
nécessaire de prendre soin pour chaque phique prédirait mieux le risque d’AVC ;
prescription de bien définir l’évaluation de la disproportion entre la taille de la pro-
son bénéfice par rapport au risque, d’au- thèse aortique et la surface corporelle, no­
Sur l’Internet
tant qu’une publication récente confirme tamment chez les sujets âgés a certaine-
un risque de cancer du sein de 39 % chez ment un impact sur la survie. La démarche
www.lecardiologue.com les femmes exposées à ce traitement. Une qualité a fait une entrée en force avec,
étude ancillaire de CHARISMA étudie chaque jour, une séance dédiée à l’amélio-
le risque lié à la survenue d’hémorragies ration des pratiques. La HAS a présenté
moyennes/sévères sous antiagrégants. Il un poster sur le pourcentage du traitement
m’a semblé utile de sélectionner les abs- BASI après IDM à la sortie de l’hôpital.
tracts pouvant nous aider à mieux appré- Des résultats remarquables.
hender l’étiologie, le suivi, le pronostic, Enfin, la télésurveillance par smartphone
etc. Ainsi, l’IRM devient incontournable va-t-elle devenir le standard chez les pa-
chez les patients hospitalisés pour SCA à tients insuffisants cardiaques ? Une réponse
coronaires saines. Après un IDM, il faut avec l’étude de Seto. zyx
Quotidien réalisé avec
le soutien institutionnel de
Sténose non protégée du TC : Après randomisation, ils ont été traités par
Late Breaking

chirurgie ou stent actif ? angioplastie avec pose d’un stent au siroli-


Late Breaking Trial (RH) mus (n = 300) ou par pontage aorto-coro-
Sténose du tronc commun : l’angioplastie naire (PAC) (n = 300).
avec pose d’un stent au sirolimus n’est pas À un an, un des événements du critère
inférieure au pontage aorto-coronaire. Telle compo­ site principal (à savoir  : morta-
Les articles publiés sont sous la seule respon- est la conclusion de l’étude PRECOMBAT­ lité totale, IDM, AVC, revascularisation
sabilité de leurs auteurs. (Premier of Randomized Comparison of Bypass­ myocardique nécessitée pour ischémie) est
Ceci est un compte rendu et/ou un recueil de résu- Surgery versus Angioplasty Using Sirolimus- survenu chez 26 patients traités par angio-
més de communications de congrès dont l’objectif Eluting Stent in Patients with Left Main plastie et 20 patients traités par PAC (taux
est de fournir des informations sur l’état actuel de la
recherche ; les données présentées sont susceptibles Coronary Artery Disease) menée chez 600 cumulé d’événements : 8,7 % vs 6,7 %, soit
de ne pas être validées par la commission d’Autori- patients qui présentaient une sténose non une différence de risque absolu de 2 points ;
sation de Mise sur le Marché de l’Agence du Médica- protégée du tronc commun coronaire. p = 0,01 pour la non-infériorité).
ment, et ne doivent donc pas être mises en pratique.

Comité de rédaction
Rédacteur en chef Christian ZICCARELLI (CZ) Équipe scientifique Ariel COHEN (AC), Robert HAIAT (RH), Patrick JOLY (PJ), Dania MOHTY (DM).
Équipe technique Christian GAUFFRE • Annick LE BOHEC.

ACC • 1
La Nouvelle-Orléans
À 2 ans, un des événements du cri- d’une insuffisance cardiaque ou d’un FSVG en post-IDM
tère composite principal est survenu abaissement de la FEVG. Abstract 1 126-218 (AC)
chez respectivement 36 et 24 patients Ce travail de Bax (Leiden, Pays-Bas) ba-
de ces 2 groupes (taux cumulé d’évé- Attention, avoir une hémorragie laie les idées préconçues et fait réfléchir :
nements  : respectivement 12,2  % et modérée/sévère sous la fonction VG post-IDM s’améliore à
8,1 % ; HR pour l’angioplastie 1,50 ; antiagrégants plaquettaires 3 mois (FEVG 34 ± 5 % initialement à
p = 0,12). De plus, le critère compo- n’est pas anodin ! 45 ± 9 % à 3 mois) et dans 28 % des cas
site associant décès, IDM et AVC est Poster 1 101-142 (RH) elle reste inférieure à 40 % (corrélée à
survenu respectivement chez 13 et 14 Antiagrégants plaquettaires  : la sur­ l’ATCD d’IDM, le taux de Tp, le VTS
patients des 2 groupes (taux cumulé venue d’hémorragies modérées/sévères et l’indice de score segmentaire). Il se
d’événements : respectivement 4,4 % et augmente la mortalité sous toutes ses confirme donc bien que l’évaluation de la
4,7 % ; HR 0,92 ; p = 0,83). Une revas- formes, mais ce risque diffère sous FEVG post-IDM doive se faire au-delà
cularisation myocardique ciblée sur le aspirine et sous bithérapie. Telle est du 40e jour pour discuter en particulier
vaisseau responsable de l’ischémie a été la conclusion de l’étude ancillaire de les indications prophylactiques d’implan-
nécessaire chez 26 patients du groupe CHARISMA (elle avait été menée tation de DAI.
angioplastie vs 12 du groupe PAC (taux chez 15 603 patients ayant une maladie
cumulé d’événements : respectivement CV ou de nombreux facteurs de risque Il faut recherche un
9,0 % et 4,2 % ; HR 2,18 ; p = 0,02). CV) qui a tenté, d’une part, de cerner asynchronisme en post-IDM
En conclusion, il est vrai que dans cette la relation entre la survenue de saigne- Abstract 1 126-192 (AC)
étude l’angioplastie avec pose d’un stent ments majeurs et le type de décès et, La prévalence d’un asynchronisme VG
au sirolimus ne s’est pas montrée infé- d’autre part, d’évaluer si cette relation et ses conséquences restent discutées
rieure au PAC quant à la prévention des variait selon que les patients étaient dans le post-IDM. Parmi les 905 pa-
événements CV majeurs. Mais il faut sous aspirine seule ou sous deux antia- tients hospitalisés pour IDM et traités
cependant bien souligner que la marge grégants plaquettaires. pour SCA, un suivi de 20 mois a per-
de non-infériorité était grande et qu’en Globalement, il apparaît que les patients mis de colliger les événements CV et,
conséquence ces résultats ne peuvent pas ayant fait des hémorragies moyennes/ en particulier, les décès (8 %). Un asyn-
guider aujourd’hui de façon fiable le choix sévères avaient une mortalité significa- chronisme échographique a été décelé
des cliniciens. tivement plus élevée  : mortalité totale chez 126 patients (14 %). À 3 ans, le
(HR 1,66), d’origine CV (HR 2,05), par nombre de décès était si­g ni­fi­c a­t i­vement
Doit-on encore prescrire cancer (HR 4,76) (p < 0, 001 pour chacun plus élevé en cas d’asynchronisme
de la digoxine ? de ces paramètres). (34 vs 7 %, p < 0,001). Ce paramètre
Abstract 906-6 (RH) Mais il existe une interaction significa- d’asynchronisme (délai intraventricu-
Alors qu’elle est largement utilisée dans tive entre les hémorragies et l’intensité laire > 130 msec) était un bon prédic-
l’ACFA, l’innocuité de la digoxine a été, du traitement antiagrégant plaquettaire teur de la mortalité (HR 1,05, IC 95 %
depuis Dig, régulièrement mise en ques- quant à la survenue des 3 paramètres 1,03-1,08, p < 0,001) en sus de l’âge et
tion par plusieurs études. étudiés. Ainsi, c’est seulement sous aspi- de la FEVG. La présence d’un asyn-
Les résultats de l’analyse par Whitbeck rine seule (et non sous bithérapie) que les chronisme multiple le risque de décès
des données de l’étude AFFIRM (elle hémorragies moyennes/sévères étaient post-IDM d’un facteur 5. Il faut donc
avait démontré que, dans l’ACFA per- associées à une augmentation significa- recueillir ce paramètre à distance de
sistante à risque élevé de récidive et/ou tive de la mortalité totale, (HR 5,27 ; l’IDM (>J 40).
d’AVC, le maintien strict du rythme sinu- 3,56-7,80), de la mortalité CV (HR
sal n’apportait pas de bénéfice significatif 4,33 ; 2,55-7,37) et de la mortalité par Resynchronisation
par rapport au seul contrôle de la FC) cancer (HR 9,01 ; 4,41- 18,43). et viabilité
confirment ces craintes. Ils montrent : Abstract 1 167-174 (AC)
- qu’en l’absence d’insuffisance cardiaque IRM et élévation de la troponine L’imagerie de déformation (strain) est
ou de baisse de la FEVG, la digoxine a Abstract 903-4 (AC) utile à l’évaluation de la viabilité myo-
augmenté de 45,3 % le risque de mortalité L’équipe de Besançon a étudié, en cardique et à l’aide au positionnement
totale (HR estimé 1,45 ; p = 0,0006) et a IRM 3 TESLA, 79 patients hospitali- des électrodes de CRT. Soixante-cinq
eu tendance à augmenter le risque de mor- sés pour SCA dont la coronarographie patients IC ont été évalués à l’état basal
talité CV (HR estimé 1,36 ; p = 0,068) ; était normale et les a suivis à 6 mois. et à 12 mois après CRT. La non-viabi-
- que chez les patients qui avaient une in- Dans 2/3 des cas, l’IRM a précisé la lité d’un segment était définie comme
suffisance cardiaque ou une FEVG abais- cause de la douleur thoracique avec une valeur de strain circonféren-
sée, la digoxine a augmenté également de élévation de la troponine : myocardite tielle ≥ -11,1 % au pic. À 12 mois, les
41,9 % le risque de mortalité totale (HR aiguë (29 %), IDM (28 %) et Tako- 47 patients implantés en zone viable
estimé 1,42 ; p = 0,0057) et de 49,5 % le Tsubo (13 %). L’absence d’anomalie avaient une réduction plus marquée du
risque de mortalité CV (HR estimé 1,49 ; à l’IRM (30 %) ne s’est accompagnée VTDVG et une augmentation signi-
p = 0,0145). d’aucune complication CV à 6 mois. ficative de la FEVG (11 ± vs 5 ± 4 %,
En conclusion, dans l’étude AFFIRM L’absence d’anomalie en IRM en cas p = 0,03) et du pic de VO2 (2,5 ± 0,9 vs
la prise de digoxine était associée à une de présentation clinique d’un SCA 1,7 ±  1,1 ml/kg/min, p = 0,05). Ainsi,
augmentation significative de la morta- avec coronaropathie normale est donc l’implantation de l’électrode en zone
lité CV et de la mortalité totale in­dé­pen­ associée à un bon pronostic à court viable est associée à une correction du
damment de la présence ou de l’absence terme. remodelage VG.

2• ACC
La Nouvelle-Orléans
Cœur droit et resynchronisation des patients hospitalisés avaient un score pathologie. Le Conseil National Profes-
Abstract 923-7 (AC) CHADS2 < 2 et aucune anomalie écho- sionnel de Cardiologie est intervenu au
L’étude MADIT-CRT a inclus 1  820 graphique. titre de la spécialité. Le poster présenté
patients, randomisés en 2 bras : CRT concerne le pourcentage de patients ayant
+ DAI ou DAI seul. La FR de l’aire VD Mismatch patient-prothèse sur l’ordonnance de sortie de l’hôpital,
(RVFAC) a été évaluée à l’état basal et à aortique : toujours en 2008 et 2009 un traitement BASI
un an et ses variations corrélées aux para- le même dilemme (Bêtabloquant, Antiagrégant [aspirine ou
mètres de suivi. Une RVFAC < 35 % était Abstract 1 083-64 (DM) clopidogrel], Statine, IEC). Chacune des
associée à un mauvais pronostic. L’amé- L’impact de la disproportion entre la taille composantes de ce traitement est analy-
lioration de la RVFAC était plus marquée de la prothèse en position aortique et la sée séparément, la non-présence (du fait
dans le groupe CRT + DAI (8,1 ± 5,4 % surface corporelle du patient (appelé mis- par exemple d’une contre-indication ou
vs 5,4 ± 4,8 %, p < 0,01). Le taux d’événe- match ou PPM) est toujours controversé ; d’une intolérance connue…) étant moti-
ments CV était plus élevé dans le groupe en plus de son impact l’objectif de cette vée. Un indicateur agrégé spécifique a été
à RVFAC basse (10 %/an dans Q1 vs étude canadienne d’Ottawa était d’analy- créé pour regrouper la prescription BASI
5 %/an dans Q4) [Q = quartile]. Ainsi il ser le devenir à court et à long terme de en une seule entité. 275 hôpitaux en 2008
nous faut retenir que 1) CRT améliore la la présence de mismatch chez les patients (14 934 patients) et 203 (10 917) en 2009
fonction VD, mais les patients à RVFAC octogénaires opérés de RVA. ont participé à cet observatoire.
basse en bénéficient moins ; 2) une amé- Méthode. Entre 1999 et 2009, 385 pa- Les résultats sont particulièrement satis-
lioration de la fonction VD (CRT) est tients > 80 ans ont bénéficié d’un RVA faisants puisque, dès 2008, les bêtablo-
associée à un meilleur pronostic. seul (44 %) et un RVA et PAC (56 %) ; quants (BB) sont prescrits dans 87 % des
l’âge moyen est de 83 ± 2 ans, 53 % des cas, l’aspirine ou le clopidogrel dans 97 ou
L’IM chez l’insuffisant hommes ; tous ont reçu une valve biolo- 93 %, une statine dans 86 % et un IEC dans
cardiaque resynchronisé a-t-elle gique (porcine 55 %) péricardique (45 %). 92 %, avec un indicateur composite à 75 %.
une valeur pronostique ? La maladie valvulaire était un RAC En 2009 on note une amélioration signifi-
Abstract 1 120-38 (AC) dans 98 % des cas. Le PPM était présent cative, avec un pourcentage de BB à 89 %,
La resynchronisation cardiaque dans l’IC quand l’AVA indexée était ≤ 0,85 cm²/m². d’aspirine à 98 %, de clopidogrel à 96 %,
par dysfonction systolique VG réduit Le suivi moyen était de 4,6 ans et obtenu d’une statine à 91 %, d’un IEC à 93 % et de
l’IM et améliore le pronostic. L’équipe chez 100 % des patients. l’indicateur composite à 80 %. L’observa-
de Gorcsan a étudié prospectivement Résultats. Le PPM était fréquent et toire permet de montrer une nette progres-
95 patients (FEVG ≤ 35 %) et quanti- présent­chez 53 % des patients opérés. sion de la qualité des pratiques entre 2008
fié l’IM à l’état basal et à J2 post-CRT. La mortalité opératoire était de 8 %. Les et 2009 notamment dans les hôpitaux qui
Le suivi de 3 ans a permis de colliger 26 prédicteurs de mortalité précoce sont habi- avaient les chiffres les plus bas.
événements (21 décès, 1 TC et 4 assis- tuels : classe fonctionnelle, bas débit car- Il serait intéressant de poursuivre ce
tances). Les courbes de Kaplan-Meier diaque, présence de diabète et accidents concept et de créer un registre sur la qua-
ont montré que la persistance d’IM post- cardiovasculaires ischémiques postopéra- lité de nos pratiques, non seulement en
CRT est associée à un mauvais pronostic toires ; le PPM n’est pas apparu comme prenant en compte d’autres indicateurs
(p  < 0,0001). La régression du volume étant prédicteur de mortalité opératoire (réadaptation, éducation thérapeutique
de l’IM ou l’absence d’IM significative précoce. Par contre, la survie à long terme etc..), mais, également, de l’étendre à la
constituaient deux groupes à meilleur à 1 an, 5 ans et 10 ans était significati- phase ambulatoire. Un nouveau challenge
pronostic. Ainsi, la démonstration d’une vement inférieure chez les patients avec pour le Conseil National Professionnel de
diminution du volume de l’IM post-CRT PPM significatif (AVA ≤ 0,75 cm2/m²) Cardiologie.
est un puissant marqueur du bénéfice de comparée à ceux sans PPM. Les prédic-
ce traitement. teurs de mortalité à long terme en multi- Télémonitoring™ dans l’IC
variée étaient la présence d’un PPM signi- Abstract 1 160-26 (AC)
Score CHADS2 : apport de l’ETT ficatif (HR 1,8, CI 1,1-2,9) en plus de la Cette étude randomisée, multicentrique,
Poster 1 126-219 (AC) maladie coronaire, la maladie pulmonaire a comparé 2 stratégies : un système HB
Le score CHADS2 est corrélé au risque chronique obstructive et le séjour prolongé de Télémonitoring™ (TM) (n = 197) à
artériel, mais n’inclut que des variables en réanimation (tous les p < 0,01). un suivi conventionnel (n = 185), chez des
cliniques (IVG, HTA, âge > 75 ans, dia- Conclusion. Le PPM est fréquent chez patients présentant une IC (46 % étaient
bète et antécédents d’AVC). Est-ce que les octogénaires après remplacement âgés de plus de 75 ans). Seuls les patients
la prise en compte des données échocar- valvulaire aortique et a un impact sur le ayant un antécédent d’IC dans les 18 mois
diographiques prédirait mieux le risque devenir à long terme. précédents bénéficient du TM. Il n’y a pas
d’AVC ? Parmi 1 633 AVC admis entre eu d’effet délétère sur le taux de mortalité
2003 et 2008, 372 étaient associés à une Satisfecit français à un an. Le TM a abouti à une réduc-
FA à l’admission. La prise en compte Poster 1 175-154 (CZ) tion de la sollicitation des infirmières du
d’une variable écho composite (dia- La HAS travaille depuis plusieurs années réseau.
mètre OG > 40 mm, DTDVG > 56 mm, à la création d’un observatoire de qua-
FEVG < 50 %) améliore la valeur discri- lité sur la prise en charge, en France, de Le smartphone au service
minante du score CHADS2. Ainsi, 98 % l’IDM de la phase pré-hospitalière à la de l’insuffisance cardiaque
des patients ayant un score CHADS2 > 2 phase ambulatoire. Les indicateurs ont Poster 1 136-161 (RH)
et au moins une anomalie échographique été sélectionnés par l’ensemble des ac- La télésurveillance basée sur le téléphone
ont présenté un AVC. Seulement 2,5 % teurs intervenant à tous les stades de cette portable améliore la prise en chargee

ACC • 3
La Nouvelle-Orléans
La révolution du traitement pharmacologique
de l’insuffisance cardiaque chronique (ICC)
Robert Haïat
Quel chemin parcouru Puis, en 1999, CIBIS II et MERIT-HF démontrent
depuis la feuille de digitale jusqu’à l’ivabradine ! que l’adjonction d’un bêtabloquant au traitement améliore
la FEVG, ralentit l’évolution et réduit la mortalité de l’ICC.
La disgrâce de la digitaline Ultérieurement­, en l’absence de contre-indication, la prescrip-
Après plus de deux siècles de règne sans partage, la digitale est tion de bêtabloquants va s’étendre à quasiment tous les stades
tombée de son piédestal en 1997, suite à DIG montrant que la de l’ICC quelle que soit son étiologie.
digoxine ne modifiait pas la mortalité de l’ICC. Les études menées avec les bêtabloquants doués de propriétés
vasodilatatrices parvenaient aux mêmes conclusions ; ce fut le
L’éviction des antiarythmiques de classe 1 cas, avec le carvédilol, dans l’IC légère à moyenne (MOCHA,
Après CAST I et II, encaïnide, flécaïnide et moricizine sont PRECISE et ANZ-HeFT) ou sévère (COPERNICUS) et
désormais proscrits car ils augmentent la mortalité globale et avec le nébivolol dans l’IC du sujet âgé > 70 ans (SENIORS).
subite de l’ICC par leurs effets inotrope négatif et arythmogène.
La montée en puissance des antagonistes des récepteurs de
L’irrésistible ascension des vasodilatateurs l’aldostérone
Introduits en 1986 par VHeFT I, les vasodilatateurs s’op- Les diurétiques de l’anse ont transformé la vie des patients
posent à la vasoconstriction périphérique secondaire à l’hyper­ en IC. À leur côté, la mise en évidence des effets délétères de
ac­ti­vi­té du SRAA constante en cas de dysfonction VG. l’aldostérone (elle favorise la fibrose myocardique et vasculaire,
Marquant une nouvelle étape, CONSENSUS a montré, la déplétion en potassium et en magnésium, l’activation du
contre toute attente, que les IEC, vasodilatateurs artériels et vei- sympathique) a ouvert la voie à RALES et EPHESUS puis
neux, amélioraient le pronostic de l’ICC sévère (classe NYHA EMPHASIS HF montrant, qu’associés au traitement les an-
IV ; FEVG < 30 %). tagonistes des récepteurs de l’aldostérone réduisaient la morbi-
L’action bénéfique des IEC sur la capacité fonctionnelle et la mortalité de l’IC évoluée.
survie va justifier leur prescription systématique à tous les stades
même précoces de l’ICC notamment devant une dysfonction L’avènement de l’ivabradine
VG isolée (SOLVD Prévention et SAVE [post-IDM]). Alors que depuis plus de 20 ans le traitement pharmacolo-
En cas d’intolérance ou de contre-indications aux IEC, les gique de l’ICC marquait le pas, l’ivabradine, inhibiteur sélectif
ARA II, représentent une alternative efficace qui réduit la des canaux If du nœud sinusal qui ralentit la FC a fait son entrée
morbi-mortalité CV (CHARM-Alternative [candésartan] ; dans le cercle des classes thérapeutiques qui améliorent le pro-
VALIANT [valsartan en post-IDM]). Les IEC et les ARA nostic de l’ICC.
II peuvent être associés si les symptômes persistent sous IEC Dans SHIFT, menée chez 6 500 patients en ICC moyenne
(VAL-HeFT). à sévère (classe NYHA II-III ; FEVG ≤ 35 %) et dont la FC
sinusale était ≥ 70 bpm, l’adjonction d’ivabradine au traitement
La réhabilitation des bêtabloquants optimal a réduit de 18 % (p < 0,0001) l’incidence du critère
Longtemps contre-indiqués dans l’ICC à cause de leur effet principal (mortalité CV ou hospitalisation pour IC), de 26 % les
inotrope négatif, les bêtabloquants, sont devenus un élément hospitalisations pour IC (p < 0,0001) et le risque de décès par IC
clé de son traitement. Ce virage s’est amorcé quand on a su que (p = 0,014). Les patients qui sous traitement avaient la fréquence
la dysfonction VG stimulait le SRAA, donc le sympathique, de repos la plus basse (62 bpm) sont ceux qui ont eu le meilleur
créant à la longue un cercle vicieux qui aggravait l’ICC. pronostic. zyx
MDC et CIBIS I menées dans les années 1990 suite au tra-
vail de Waagstein (1975) ont d’abord montré la bonne tolérance Références Haïat R. et Leroy G. ; Recommandations et pres-
des bêtabloquants dans cette indication. criptions en cardiologie, Frison-Roche Ed, Paris 2011
Conception/réalisation : Cardiologue Presse-Régifax-Cookimedia

e et le pronostic des insuffisants car- tients du groupe télésurveillance (50 en charge (p = 0,05) et sa gestion du trai-
diaques. C’est ce qu’a montré l’étude patients) ont effectué 80 % des mesures tement (p = 0,03).
randomisée, contrôlée de Seto (Canada) demandées. C’est seulement dans ce Il n’a pas été noté de différence entre les
menée chez 100 patients en insuffisance groupe que l’on a observé une diminution 2 groupes en termes d’hospitalisations ou
cardiaque chronique. Le système trans- significative du taux du BNP (- 178 pg/ de consultations en urgence.
mettait tous les jours le poids et la PA ; ml ; p = 0,001). Par rapport au groupe L’étude de Seto, basée pour la première
il répondait quotidiennement aux ques- traité de façon standard (50 patients), le fois sur l’utilisation d’un téléphone por-
tions relatives aux symptômes du patient groupe télésurveillance a vu s’améliorer : table, confirme les effets bénéfiques que
et enregistrait toutes les semaines, une sa qualité de vie (diminution de 14 points l’on peut attendre de la télésurveillance
dérivation d’ECG. [p = 0,02] lors du Questionnaire d’auto- dans la gestion du suivi à distance des
Avec un suivi de 6 mois, 70 % des pa- évaluation du Minnesota), sa propre prise insuffisants cardiaques.

Directeur de la publication : Christian Aviérinos - N° de Commission paritaire : CPPAP : 0114 G 81 182

4• ACC
La Nouvelle-Orléans